Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé

Avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson
Réalisé par David Yates

Résumons le en un mot : enfin. L’adaptation par Warner Bros. de l’avant-dernier roman Potter de J.K. Rowling devait à l’origine sortir l’automne dernier, mais le studio a bougé le film à cet été pour des raisons financières stratégiques. Les fans furieux ont protesté avec des pétitions – et des farceurs se sont moqués de leur outrage avec des vidéos virales, dont un qui présente Hitler, dans sa scène du bunker dans la Chute qui devient apoplectique à propos du délai de Potter. Mais enfin, l’attente sera rapidement finie.

“Vous savez le titre de celui-là, bien sûr”, dit Robbie Coltrane, alias Hagrid, du sixième volet de la franchise. SPOILER ! “C’est celui où Dumbledore [Michael Gambon] sort ses griffes”. (Si vous n’êtes pas au courant du baragouin de Coltrane, eh bien… mystère préservée.) FIN DU SPOILER ! C’est aussi celui où nous apprenons les origines de Voldemort – bien qu’il y a bien moins de cela dans le film que dans le livre, où Harry et Dumbledore sautent dans des flaques de mémoire liquide pour observer l’évolution du méchant. Citant le besoin d’économie narrative et de drame dynamique, le scénariste Steve Kloves dit qu’il a choisi “quelques souvenirs clés au lieu de tenter de tous les inclure”.

Le Prince de sang mêlé souligne aussi la relation d’Harry avec le professeur Slughorn (Jim Broadbent), le professeur de potions qui retient un secret sur le passé de Voldemort, plus une intrigue de romance adolescence qui implique Harry (Radcliffe) et Ginny (Bonnie Wright), ainsi que Ron (Grint), Hermione (watson) et la nouvelle arrivée Lavandre Brown (Jessie Cave). “Le dernier film était assez intense avec toute cette bataille, dit Grint. Celui-là est beaucoup plus léger et marrant”. Non pas que le film manque de sensations. “J’ai travaillé avec une araignée géante, dit Broadbent. C’était merveilleux”.

Jeff Jensen

Traduction – 8 novembre 2009