Star Trek

Avec Chris Pine, Zachary Quinto, Eric Bana, Zoë Saldana
Réalisé par J.J. Abrams

Le réalisateur J.J. Abrams est entré dans Star Trek saisi par deux grandes peurs. La première : trouver une manière de relancer la franchise SF moribonde facile à parodier pour le public d’aujourd’hui excité par le superficile et l’ironie. La seconde : trouver le courage de dire à Leonard Nimoy comment jouer un personnage que l’acteur a essentiellement incarné pendant 40 ans. Le premier jour de Nimoy sur le tournage, se souvient Abrams, “j’étais littéralement comme : Qu’est-ce que je fous à dire à Leonard Nimoy comment Spock devrait dire cette réplique ?! Et il s’est agrippé à ma veste et il était du genre : Dismoidismoidismoi”. Nimoy : “C’était clair qu’il était nerveux, et je suis content qu’il l’air surmonté. Écoute, je suis resté loin du personnage pendant longtemps. Sa contribution était importante pour moi”. La manière exacte comment le Spock de Nimoy rentre dans une intrigue dans laquelle Quinto (Heroes) joue une version plus jeune du personnage est un secret. Disons juste : l’histoire, située durant les premiers jours du vaisseau Enterprise, est mise en mouvement par un guerrier romulien vengeur (Bana) qui a la technologie pour voyager dans le temps et créer des trous noirs. Il emploie les deux pouvoirs pour poursuivre une vendetta contre un certain James T. Kirk (Pine), un jeune homme en colère qui lutte pour rouver sa destinée.

Abrams et son équipe créative – dont le co-créateur de Lost, Damon Lindelof et les scénaristes de Transformers, Alex Kurtzman et Roberto Orci – promettent que leur réamorce à 160 millions de $ respecte le génie utopien de gene Roddenberry tout en attirant la génération iPod. Orci : “On aimait l’idée d’apporter un peu de rock’n’roll dans Star Trek”. Si cela sonne comme de l’hérésie aux fondamentalistes Trekkies, Nimoy dit : Relax. “Ce film a une bonne chance de revitaliser la franchise et de la ramener à ses racines, dit-il. Les gens vont aimer à nouveau ces personnages”.

JJ

Traduction – 1er novembre 2009