En route

DEPECHE MODE
The Venue, Londres
par Mike Nicholls

Dreaming Of Me (Fa Sol La Si Do) ? Alors debout les braves car votre quart d’heure de gloire commence maintenant. Cela n’a pas été l’ascension la plus cahoteuse des charts mais les types intelligents ont toujours su prendre des raccourcis. Il y a quelques mois, inconnus. Quelques singles plus tard, et ce sont des stars. Qu’est-ce que c’est que tout cela ?

Eh bien, cela a à voir avec aiguiser la simplicité en art. Une mélodie attirante ici, une pulsation irrésistible là et une légèreté au delà de tout reproche. Des pop songs courtes et mignonnes pour les pré-ados. Les Modes sont devenus pour leurs précoces potes ce que Madness est pour les petits polissons : les poseurs en herbe qui rêvent de trouver un job le samedi pour acheter de nouveaux vêtements et peut-être un petit synthétiseur. Les ados technoïdes de demain et d’aujourd’hui.

Et puis encore autre chose. Ce soir, c’est un autre public, les juniors ayant été rechargés en matinée. Au milieu du comité ou tout simplement des personnes plus âgées juste curieuses, le groupe semble plus perdu que jamais. Innocents sur un océan qu’est la scène, même s’il aurait pu faire guichets fermés à l’Hammersmith Odeon.

Est-il prêt pour un tel succès ? Eh bien, les douleurs croissantes sont en évidence. Le chanteur Dave Gahan est étonné par les filles qui saisissent les baisers, qui rougissent sous leur maquillage dans une confusion de quasi-terreur. Je parie qu’il y a aussi de jolies visiteuses vamp en backstage !

Pourtant, sa voix tient le coup, même si elle est plutôt plate comme le veut la mode. Par moments, il rappelle le Ferry d’autrefois mais dans un contexte différent. Vous savez le genre de choses : operating, generating, new life new life, générer une vie nouvelle. Jamais les paroles n’ont semblé aussi appropriées.

Derrière David, les synthés et les boîtes à rythmes font bouillir un chaudron de rythmes et il n’y a pas une seule cheville clouée au sol dans la salle. Cela continue pendant un moment, au cours de beaucoup de nouvelles chansons. La plupart se tiennent à un standard inébranlablement élevé, autant que les tubes.

Trois rappels dont un classieux Price Of Love des Everly et le public en veut encore. Depeche Mode est arrivé sans hype. L’album qui va arriver va entrer directement dans le Top 10. Pendant ce temps, le groupe va grandir et s’améliorer même si ces visages enfantins doivent prendre quelques rides en cours de route.

On ne peut plus s’en passer ? Tu l’as dit petit gars.

Traduction – selon le scan et la transcription de SacredDM.net – 8 avril 2006