New Order a splitté, déclare le bassiste Peter Hook

Mais c’est une nouvelle pour ses collègues et son publiciste : “C’est probablement que Hooky qui fait l’imbécile. Tout le monde sait comment il est”.

Peter Hook, le légendaire bassiste de New Order, a fait palpiter les cœurs de nombreux fans du groupe en déclarant que le groupe avait splitté. Le seul problème, c’est qu’il ne semble pas l’avoir dit ni à sa maison de disques, ni à ses collègues.

Dans un message posté sur sa page MySpace, Hook déclare – presqu’en passant – être “soulagé” que la nouvelle soit dite, mais la prétendue séparation a été immédiatement niée par l’attachée de presse du groupe.

Dans son message intitulé “La vie continue”, Hook écrit : “Eh bien, voilà encore une autre semaine bien remplie. Je suppose que c’était l’interview avec Clint Boon [sur XFM Manchester] qui a tout démarré. Il m’a demandé quelques mots sur le single Dogstar de Satellite Party de Perry Farrell (qu’il trouvait génial) et j’ai continué et voilà j’ai mentionné le plit de N>O> alors je suppose que c’est parce que je l’ai dit qu’on le sait enfin. Je suis soulagé, j’aurais détester continuer normalement avec un secret horrible alors passons à autre chose, d’accord ?”

Les remarques de Hook ont été, cependant, niées par l’attachée de presse de longue date du groue, Jayne Houghton, ce matin, qui a dit qu’un split est une nouvelle pour ses collègues Bernard Sumner et Stephen Morris.

“En ce qui concerne tout le monde, New Order ira à Cannes la semaine prochaine, en tant que groupe, pour promourvoir le nouveau film de Joy Division [Control, biopic basé sur les mémoires de la femme de Ian Curtis, Deborah], dit-elle. C’est probablement que Hooky qui fait l’imbécile. Tout le monde sait comment il est”.

New Order s’est formé en 1980 après le suicide de Ian Curtis et la séparation qui s’en est ensuit de Joy Division. Suivant le son introspectif mélancolique de Joy Division, New Order ont reçu un succès critique mondial pour leur mélange de musique électronique et punk. Leur tube de 1983, Blue Monday, est fréquemment crédité comme le maxi 45 tours qui s’est le plus vendu de tous les temps. Le groupe a continué de manière très prolifique tout au long des années 1980, devenant le visage du label de Tony Wilson, Factory Records, et ils ont été grandement impliqués dans les affaires du légendaire club de Manchester, l’Haçienda.

Rosie Swash

Traduction – 26 janvier 2008