Revenir dans Depeche Mode

Depeche Mode revient – vivifiant mais différent.

Vivifiant comme le témoignent les critiques qui font les éloges du dernier album du groupe techno pionnier, Playing The Angel, produit par Ben Hillier, parmi sa meilleure œuvre.

Différent parce que le chanteur Dave Gahan cette fois a demandé plus d’implication dans le processus créatif dans l’enregistrement du nouveau disque.

Et voici le hic !

Dans le passé, le guitariste Martin Gore a dominé la composition et la production. C’est le Dr. Frankenstein / Brian Wilson de l’icônique groupe synthétique des années 1980 qui inclut également le claviériste Andy Fletcher. Gore était le maître créatif des tubes marquants Personal Jesus, Enjoy The Silence, Policy Of Truth, People Are People et I Feel You.

Mais l’album solo de Gahan de 2003, Paper Monsters, et la tournée qui s’en est ensuit, ont altéré cette dynamique de travail. Ainsi que le fait qu’il n’est plus contrôlé par le côté plus sombre de son passé “sex, drugs and rock’n’roll”.

Depeche Mode joue mercredi au SBC Center. Concert à 20h. The Bravery ouvre.

“J’avais besoin de sortir du filet de sécurité de Depeche Mode, faire quelque chose de différent. Partir en solo m’a permis de m’enthousiasmer à l’idée de faire un nouvel album de Depeche Mode, mais avec une nouvelle approche”, a dit Graham au Melbourne Herald Sun.

Le moule a été installé depuis près de 25 ans. Le premier tube de Depeche Mode était Just Can’t Get Enough en 1981.

Pour sa part, le rôle de Gahan (qui est apparu ici pour la dernière fois en août 2003 au Majestic Theatre sur sa tournée solo et avec Depeche Mode en juillet 2001 au Verizon Wireless Amphitheater) était de jouer le sauveur rock’n’roll sur scène, une fusion disco de Mick Jagger et de Jim Morrison.

“Je n’allais pas rester assis sur le banc des touches tandis que Martin sortait toutes les chanson et puis juste faire mon truc”, a dit Gahan au journal australien. “Faire mon truc devenait trop comme aller au travail. J’ai toujours vraiment aimé le côté performance de Depeche et je me satisfaisais de ça, mais depuis les derniers disques, je me sentais vraiment frustré en studio”.

Dans la même interview, Gahan s’est plaint d’une perte de passion dans le passé. Mais la magie semble être de retour. Il a co-écrit certains morceaux, et l’œuvre de Gore se range dans celle de l’époque du classique Violator.

Le morceau d’ouverture, A Pain That I’m Used To, balance comme des jeunes Turcs. En fin de compte, sombre, maussade et dansable. En quelque sorte, c’est nouveau, éternel et nostalgique en même temps.

Precious, le premier single pulsatif extrait du nouvel album, est fermément implanté à la première place des charts Hot Dance Club Play du Billboard. Playing The Angel est à la 7ème place du Top 200 du Billboard.

Hector Saldaña

Traduction – 14 mars 2008