Ce livre ne serait pas arrivé sans l’enthousiasme et l’encouragement de Brett Anderson, dont les interviews sincères et révélatrices forment le pivot de cette histoire. Mat Osman, Simon Gilbert, Richard Oakes et Alex Lee ont tous été aussi révélateurs en fournissant leurs propres perspectives individuelles et leur franchise parfois a été étonnante. Merveilleux Tout Le Temps. Des remerciements spéciaux doivent aller aux anciens membres du groupe, Justine Frischmann, Mike Joyce et Neil Codling dont la coopération dépasse tout ce à quoi je m’attendais. Bien que Bernard Butler a ultimativement décliné l’opportunité de donner son côté de l’histoire, la rencontre que j’ai eue avec lui pour discuter de ses soucis est grandement appréciée. Alors que je n’ai jamais répugné à parler de la folie et de l’extrême de toute l’histoire, j’espère que j’ai montré de la compréhension pour le comportement des deux parties. Offrant leurs propres aperçus illuminants, les joueurs périphériques clés, Peter Anderson, Alan Fisher, Jon Eydmann, Phill Savidge, Saul Galpern, Victor Aroldoss, Peter Sissons, Ricky Gervais et Tony Hoffer ont été vitaux pour démêler la toile des rumeurs et de l’intrigue. Tout aussi essentiels sont Chris Mackay, Stewart Furini, Alison Hale, Malcolm Dunbar, Mike Smith, Sheri Friers, Sam McCormick, Peter Van der Velde, Ali Lush et Nathalie Fraser. Pour leurs conseils très appréciés et leur soutien au delà de l’appel du devoir, trois hourras à : Ben Lurie, Bennie Brongers, Jane Glover, Phyl Sprigg et Richard Kiernan chez Interceptor, Lucia Burghi Gonzalez, Jo Reilly, Jodie Banaszkiewicz, Ricky Coffey, Penny Humphreys, Kimble Garcia, Mike Gorulay, Janet Choudry, Erol Alkan, Lucy Madison, Matty Wall, Mike Christie, Vanessa Saunders, Claire Grainger, Nadine McBay, Lucy Cane, Fraser Thomson, Mat Everitt, Anissa Mangen, Alex Croft, Sam Cunningham, Jeremy Allen, Soraya Syed, Kas Syed, Jim et Alan, Michelle Kerry, Brychan Todd, Sarah McGiven, Jaci Spode, Simon Hobart, Peter Stewart, Robert Hayden, Erin Dineen, Charlotta Waggert, Iona Ogilvie, John Bradham, Sarah Bee, Jose Contreras Ramis, Peter Crompton, Max et Jack, David Gejlemo, Claudia Pramono, John W. Lucey, Baxendale, Arse, Mark Galer, Charlie Myatt, David Wilkie, Goth, Jessica Appla, Martin Wallace, ce gars qui m’a pris pour Alex James à Reading, David A Smith, les Mackay, Joanne Boyle et avant tout Andy, Kate, Oscar, Sam, maman et mes deux papas. Il y a sans aucun doute des légions d’autres que j’ai oubliés à qui je ne peux dire qu’acheter assez d’exemplaires de ce livre pour s’assurer d’une édition révisée. Mention spéciale à Simon Price pour son inestimable aide dans les interviews initiales et la conception de ce projet. Remerciements tout aussi chaleureux à mes éditeurs Ian Gittins et Mike Flynn, Miranda Filbee et tous chez André Deutsch. Et effusions grandiloquentes de gratitude à Charlie Charlton pour avoir prouver, comme Gabriel l’a fait remarquer, que les rêves peuvent effectivement se réaliser. Cela a été une fête. Nam Myoho Renge Kyo. Everything Will Flow.

David Barnett, août 2003

Traduction – 28 septembre 2008