États-Unis, 2010, 120 min., romance

Entraîner Pattinson

Que vous trouvez son statut de “légende du grand écran” défendable ou pas, Robert Pattinsin semble prêt à succomber à la tendance de l’industrie hollywoodienne de tenir un acteur à sa merci à chaque fois qu’elle pense avoir une nouvelle icône romantique dans les mains. Dans de l’Eau pour les éléphants, il joue un jeune étudiant vétérinaire d’origine polonaise qui après avoir perdu ses parents dans un accident est forcé à abandonner ses études, et trouve un emploi de vétérinaire pour le cirque Benzini, dirigé dans le style “old school” par le frère Auguste survivant (Christoph Waltz), homme notoirement soupe au lait qui empêche ses employés de changer de train et bat les animaux jusqu’au sang. Son meilleur atout, cependant, est son acrobate de femme (Reese Witherspoon), fille d’atelier transformée en star qu’il garde fermement sous sa coupe. La production est délibérément lustrée, et la narration est complètement conventionnelle dans son style – aurait-il été fait il y a soixante ans, la seule différence aurait résidé dans sa démonstration graphique de cruauté. Ainsi l’effet “vintage” n’est pas importun, mais la narration est trop souvent mise sur la touche, comme dans la manière épouvantablement maladroite dont la tentative sabotée de fuite des amants a été traitée.

Le verdict : 3/5

En ce moment sur les écrans américains

Réalisateur :  Francis Lawrence Distribution :  Robert Pattinson, Christoph Waltz, Reese Witherspoon Intrigue :  À la mort de ses parents, un jeune vétérinaire va travailler dans un cirque où il tombe amoureux de la mauvaise femme.

G.V.

Best Movie International – juin 2011 – Traduction – 23 juin 2011