États-Unis, 2011, 141 min., aventures, 3D

Malgré un changement de réalisateur, le quatrième épisode confirme l’alter ego Sparrow de Depp comme l’étai de la franchise

Eh bien, que le diable m’emporte si cet insouciant fier-à-bras de Sparrow n’a pas encore une fois réussi à garder les choses à flot dans le quatrième chapitre de la saga Pirates, malgré Rob Marshall prenant la barre à Gore Verbinski, et une distribution réorganisée qui inclut Penélope Cruz, Ian McShane, et les jeunes Sam Claflin et Astrid Berges-Frisbey (quand Knightley et Bloom ont été balancés par-dessus bord). Avec son allusion narquoise désormais iconique, le capitaine de Depp lève l’ancre pour une nouvelle escapade à la recherche de la Fontaine de Jouvence, qui inclut croiser le fer avec l’intrigante Angelica (Cruz), fille d’un perfide Barbe-Noire (un persuasif Ian McShane) et qui dans les années passées a été mariée et puis plaquée par l’impitoyable Jack. La braise de leur passion d’autrefois peut continuer à briller, mais ce qui pousse Angelica à revivre son amour avec Sparrow avec la connaissance que lui seul peut mener la voie à la dite Fontaine. Le vieux copain Barbossa (Rush), qui a entre-temps perdu une jambe et maintenant avance en clopinant sur un moignon, est lui aussi à la recherche de la source.

Marshall a opté pour ne pas prendre de risques, et suit les pas des trois épisodes précédents, racontant une histoire de deux heures (un poil trop long) qui demande un peu d’indulgence tandis qu’elle vogue au travers un tourbillon impécablement répété de batailles, embuscades, coutelas qui s’entrechoquent, duplicité et soudaines révélations.

Encore une fois, l’entreprise est portée par le pur spectacle (auquel la 3D n’apporte rien), et bien qu’il n’y ait aucun changement drastique en cours de route, le film est maintenu par la performance d’une folie exquise de sa star Johnny Depp, qui se délecte manifestement à jouer le corsaire maniéré, éclipsant les nouvelles recrues, et même la dynamique Penélope Cruz ne réussit seulement par occasions à arriver au niveau de son partenaire Sparrow. Comme le capitaine lui-même déclare avec une fanfaronnade, Jack “pourrait vivre à jamais” – jusqu’à ce que ses fans se lassent de son maquillage bizarre et de ses remarques allusives.

5 minutes pour aller aux toilettes
La bataille entre Sparrow et son double est bien trop longue, mais assurez-vous de revenir pour le final.

Le verdict : Rien de particulièrement nouveau, bien que joué avec compétence, avec l’outrageusement maniéré Depp qui s’amuse tout le long

3/5

Actuellement sur les écrans de part le monde

Réalisateur : Rob Marshall
Distribution : Johnny Depp, Penélope Cruz, Geoffrey Rush, Ian McShane
Intrigue : Le Capitaine Sparrow se bat avec un boucanier aux formes généreuses pour la possession de la Fontaine de Jouvence.

Silvia Urban

Best Movie International – juin 2011 – Traduction –