Excitation incontenable pour le dernier épisode attendu passionnément de la saga Potter. Le combat ultime entre notre sorcier et Tu-Sais-Qui nous arrive. Poudlard brûle pendant que les factions du bien et du mal se font face. Voldemort deviendra-t-il le seigneur du monde de la magie ? Notre héros peut-il l’arrêter ? Peu importe ce qui arrive, cela promet être un final explosif, mis en valeur un peu plus par la 3D.

Paroles de David Yates et les personnages

Harry farewell, adieu, auf Wiedersehen, adiós, sayonara. Le long au-revoir, séparé en deux, a atteint la ligne d’arrivée, et l’inévitable est devenu inévitable. “Tout s’achève le 13 juillet”, comme les affiches le disent. Nous n’avons jamais pensé que ce jour fatidique viendrait, habitués comme nous sommes à voir un ou deux Harry Potter par an, aussi réguliers et célébrés que la saison des fêtes. Mais aujourd’hui il est temps pour Harry, Hermione, Ron et tous les autres merveilleux personnages qui ont donné vie à cette saga magique – qui a gardé le public du monde entier scotché à son siège pendant onze ans, de se séparer. “Et si c’est vraiment la fin, alors ça doit détonner. C’est le Grand Final” a été la première chose que David Yates nous a dit sur le tournage des deux derniers films, filmés en même temps. Le réalisateur ne s’est pas retenu, ni a retenu les acteurs, donnant aux fans bien plus que ce à quoi ils s’attendaient. Le film durera exactement deux heures, le plus court Harry Potter jusqu’ici. La deuxième partie sera entièrement consacrée à l’épique bataille finale à Poudlard, ponctuée par la recherche de Harry des Horcruxes dans une course désespérée contre le temps. “C’est un film d’action impitoyable. Il ne s’arrête jamais”, a souligné Daniel Radcliffe pour nous, soutenu par son collègue Rupert Grint, son grand ami Ron : “On n’a jamais eu à courir autant. On était habitués à rester beaucoup assis, et, à la place, dans ces derniers films, et surtout dans la bataille finale, on a dû courir non-stop. On a tous ressenti beaucoup plus de pression que dans les chapitres précédents – David voulait un final explosif”. Cela – il a continué à expliquer l’histoire – ne veut pas dire que sur le plan métaphorique : “C’était si bizarre de voir les studios dans lesquels j’ai grandi s’écrouler devant moi. Ils les ont littéralement déchirés : la Grande Salle, où j’ai passé toute mon enfance et mon adolescence, est devenue une pile de débris. Et puis tous ces enfants gisant morts par terre. C’est définitivement le film le plus sombre et le plus excitant de toute la sage”.

De plus, le roman dont il est adapté est l’un des livres les plus intenses et spectaculaires non seulement de la série, mais de toute la littérature enfantine. Nous avons regardé le petit sorcier grandir pendant sept ans, tout comme sa haine pour son Némésis. Le Seigneur des Ténèbres a suivi chaque pas d’Harry, à cause d’une prophétie qui prédit sa mort aux mains d’un garçon mystérieusement sacré, retirant à notre héros ses bien-aimés. D’abord ses parents, tués alors qu’il était encore dans ses couches, puis son parrain Sirius Black (Gary Oldman), puis son bien-aimé mentor Albus Dumbledore, qui avait toujours garanti sa protection, puis Dobby l’elfe de maison. La liste ne se termine pas ici, évidemment, et dans ce dernier film, une partie des autres amis de Harry perdent leur vie, lui donnant finalement la détermination de se confronter à Voldemort une fois pour toute. La bataille entre le bien et le mal est clé pour le succès renversant de J.K. Rowling. Elle n’aurait pu avoir de porte-paroles plus appropriés.

D’un côté, l’innocent Harry a été sauvé par l’amour de sa mère avec un grand A, plongeant devant Harry quand Harry lui tirait dessus avec son rayon vert fatal et depuis lors il a toujours mis ses amis en avant. De l’autre, Tu-Sais-Qui a renié ses parents enfant, a changé de nom, s’est enchanté des forces du mal, et a séparer son âme en sept parties (les Horcruxes mentionnés au dessus) pour gagner l’immortalité. S’il devient maître des “Reliques de la Mort” du titre alors il deviendra le plus puissant sorcier de tous. Un méchant sans pitié qui ne peut se racheter, à haïr inconditionnellement. Ralph Fiennes lui donne un “visage” et une présence troublante.

Et ainsi nous arrivons à la bataille finale, avec les deux factions alignées l’une en face de l’autre. Dans un coin : les sorciers, les géants, les gobelins et les elfes de maison. De l’autre les loup-garous, les détraqueurs et les Mangemorts, avec le maléfiques Severus Rogue en charge (un extraordinaire Alan Rickman, qui obtiendra sûrement des piles d’applaudissements). Le film est rempli d’effets spéciaux incroyables et de scènes d’action, mis en valeur par la 3D : duels jusqu’à la dernière baguette, flammes de dragon, statues qui viennent à la vie et se transforment en soldats, soldats gigantesques, et ainsi de suite, sans pause. Cela installe la toile de fond pour la bataille chaotique et incandescente du siècle entre Harry et Voldemort, qu’ils suivent dans leur bataille rapide, se matérialisant et se rematérialisant dans tout le château.

C’était une des quelques libertés poétiques que Yates a été autorisé de faire comparé au roman, où le duo ne se bat qu’avec des baguettes. Les fans fidèles de la saga littéraire peuvent être rassurés, cependant : les différences sont sans conséquence, et on peut apprécier l’histoire tout comme J.K. l’a voulu, avec tous ces coups de théâtres et ses tournures. Ceux qui n’ont pas lu le roman feraient mieux de sauter les SPOILERS suivants : le baiser hautement anticipé et inévitable entre Ron et Hermione (“On attendait ça depuis tant d’années. On savait que ça allait venir et on était un peu nerveux, en fait…” a confessé Emma dans un murmure), la confrontation entre Bellatrix et Molly Weasley sera un des meilleurs moments, Fred mourra mais ce n’est pas révélé comment, seul son corps est montré avec sa famille attristée à ses côtés, la scène de la Pensine est vue au travers un flashback dans l’enfance de Rogue, accompagné par ses sœurs cadettes Lily (la mère de Harry) et Petunia. Nous ne dirons pas plus de secrets, si vous êtes vraiment aussi curieux que cela, regardez les spoilers et notre site.

Et tandis que le rideau tombe sur l’une des dynasties les plus longues et les plus aimées, la tristesse et la nostalgie montent en préparation de cet adieu final.

“Je n’arrive pas à me souvenir de la vie avant Harry Potter. Je me souviens même pas de la première fois que je suis venu sur le tournage. Quand j’ai dû faire mes valises et quitter ma chambre, je me suis senti triste et perturbé. Je suis devenu assez attaché à Ron et on s’est fondus dans la même personne, vraiment, et se séparer de lui a été assez libérant, mais aussi déchirant en même temps”. Yates ajoute : “Il y a un moment particulièrement touchant dans le film, l’un de mes préférés, où les gars regardent Poudlard à partir d’un pont, et pendant qu’on filmant, il était évident de leurs expressions sur leurs visages qu’ils pensaient à toutes les choses qui se sont passées sur le tournage, tandis qu’ils grandissaient avec leurs personnages. C’était incroyablement émouvant”.

Préparez les mouchoirs, alors, pour la bataille finale et époustouflante qui impliquera les deux sorciers les plus célèbres de tous les temps. “Finissons-en comme nous l’avons commencé. Ensemble !” crie Harry à Voldemort. L’invitation est ouverte à tous.

* * * * *

Guide de survie pour le dernier chapitre

Alors vous n’avez jamais manqué un épisode de Harry Potter, mais Horcrux, sortilèges impardonnables et reliques de la mort vous déconcertent ? Effectivement, la série de films sur le petit sorcier vient avec une telle pléthore de paradoxes et d’énigmes qui rendent beaucoup de personnes perpétuellement perplexes. Alors, si vous préférez vous préparer avant d’aller tranquillement voir le dernier épisode, essayer le guide condensé de Best Movie International de l’univers d’Harry et les énigmes essentielles.

VOLDEMORT, QU’EST-CE QUE CE MÔME T’A FAIT ?
S’il est extrêmement clair pourquoi Harry en veut à Tu-Sais-Qui, il se pourrait que ce ne soit pas aussi clair quant au pourquoi le plus puissant des sorciers est si obsédé par le petit sorcier à lunettes apparemment inoffensif. Cela aurait dû être expliquer dans Harry Potter et l’Ordre du Phénix, mais Yates a négligé développer ce petit détail et cela s’est perdu dans le chaos frénétique des scènes finales. Tout vient de la prophétie de Sybille Trelawney d’il y a 17 ans, qui prédisait la mort de Voldemort aux mains d’un enfant qui naîtrait peu après. En réalité, ce pourrait aussi signifier Neville Longdubas, qui est aussi né en juillet, mais à la fin, Voldemort a décidé que le fils de James Potter était son “égal” étant donné que Harry est de sang-mêlé comme lui (le fils d’un sorcier et d’une humaine). La prophétie dit “aucun des deux ne peut vivre tant que l’autre survit”. Alors l’un des deux doit mourir. Qui sera-t-il ?

HORCRUX ! NON, CE N’EST PAS UN SORTILÈGE…
Dans le troisième épisode avant la fin, Harry et Dumbledore semblaient ne rien faire d’autre que d’entrer dans des cavernes cachées, plonger des milliers de fois dans la Pensine (l’endroit où Dumbledore garde tous ses souvenirs pour libérer son esprit, allez, n’abandonnez pas…) à la découverte de l’enfance et la jeunesse de Voldemort. Eh bien, gardez à l’esprit le fait que l’âme de Voldemort a été divisée en divers morceaux, truc qui lui donnerait l’immortalité. À moins que quelqu’un ne réussisse à tous les détruire. C’est exactement pourquoi Harry et Dumbledore font leur voyage “freudien”. Pour comprendre comment leur ennemi pense et trouver les infâmes Horcruxes. Ils en ont détruit maintenant 3 sur 7. La route est encore longue…

BAGUETTES SŒURS
Juste un petit effort et vous serez capable de comprendre la clé du tout dernier épisode de la série. Faites attentivement attention à ce que M. Ollivander (le fabriquant de baguettes) dit au début du huitièmefilm de Harry. “La baguette choisit le sorcier et non l’inverse. Si l’on vainc quelqu’un en duel, cette baguette devient la vôtre”. Et souvenez-vous que les baguettes d’Harry et de Voldemort possèdent le même cœur (une plume de phénix). vous découvrirez le reste dans les scènes finales…

MINI-GLOSSAIRE
Et finalement, un petit peu de vocabulaire “Potterien” de base pour ceux qui ont vraiment rien suivi ou ceux qui n’arrivent pas à s’y attaquer…

Moldus = êtres humaines
Cracmols = les enfants de sorciers qui n’ont pas développé de pouvoirs magiques (Voldemort était le fils d’une cracmolle et d’un moldu qui l’a renié tout petit. Vous voyez pourquoi il est aigri ?)
Sang-mêlé = enfants d’un sorcier et d’un humain, comme Harry ou Rogue

* * * * *

ATTENTION SPOILERS !

Les créateurs de Harry Potter 8 les ont confié à Best Movie International sur le dernier épisode explosif

Le film commence avec Rogue qui regarde les étudiants faire une sorte de parade nazie de lui des fenêtres de Poudlard.

Harry se retrouvera à la chaumière aux coquillages pour parler avec Ollivander et négocier avec Gripsec.

L’épée de Gryffondor sera volée de Gringotts, avec Helena Bonham Carter prétendant être Hermione sous les effets du Polynectar.

McGonagall et Rogue lutteront l’un contre l’autre. Rogue s’échappera par la fenêtre sous la forme d’une fumée noire, mais sans laisser de trou en forme de Rogue.

Au milieu du chaos de la bataille, il y aura quelques scènes les plus osées, intenses et émouvantes de toute la saga. Harry décide de volontairement se livrer à Voldemort, parce qu’il ne veut pas qu’un de ses amis meurt à sa place. C’est une scène qui combine les actions palpitantes avec l’acceptation sereine de sa propre destinée, faisant monter les larmes aux yeux.

Une fois que Harry est dans les griffes du Seigneur des Ténèbres, Voldemort jete le Avada Kedavra contre lui, détruisant cette part de lui qu’il avait involontairement déposé dans Harry (le dernier Horcrux), donnant lumière à la fameuse interlude.. l’au-delà avec Dumbledore. Dans cette scène éthérée, Harry doit décider s’il continue son voyage dans l’au-delà ou s’il retourne se battre avec ses amis. Harry ne veut pas retourner maintenant qu’il est mort, et son mentor l’invite à faire le bon choix.

Fred Weasley va mourir. Voir l’un des jumeaux des sorciers facétieux mourir est définitivement l’un des coups les plus durs à accepter. Nous ne voyons pas la mort du garçon, mais son corps gît sur le sol, entouré par sa famille.

Confronté à la mort de l’un de ses fils, la bataille entre la (précédemment) douce Molly et l’effrontée Bellatrix est l’un des moments les plus excitants. La réplique “Pas ma fille, espèce de garce !” est lancée à Helena Bonham Carter par Julie Walters. À la fin de cette scène, tous les membres de l’équipe ont applaudi.

Neville va tuer Nagini avec l’épée de Gryffondor comme dans le roman, mais Seamus aura aussi un rôle important dans la bataille finale. De plus, Neville fera un discours passionné dans la cour, non inclus dans l’histoire.

Qui gagnera ? Eh bien, nous nous attendions à ce que vous voulez le découvrir vous-mêmes au moins…

Marita Toniolo

* * * * *

Daniel radcliffe
RÉTROSPECTIVE SUR LA VIE À POUDLARD

Aujourd’hui à 22 ans, l’alter-ego de Harry Potter, Daniel Radcliffe, est pleinement adulte et prêt à quitter le personnage qu’il a commencé à interpréter alors qu’il n’avait même pas onze ans. Voici notre petite causette avec le sorcier le plus aimé au monde.

Étais-tu excité par cette conclusion à la saga ?
Oui, et la seconde partie est de l’action passionnante non-stop. Elle commence avec le plus proche qu’on ait fait d’un film de hold-up, comme notre propre version de Ocean’s Eleven avec juste nous trois. Après ça, elle a tout le drame d’un film de guerre, en termes de relations perdues, partenariats rompus et liens familiaux brisés.

Quels étaient les plus grands challenges physiques pour toi sur le tournage cette fois ?
Dans la Salle sur Demande, j’ai dû escalader une énorme pile de meubles, ce qui était marrant, mais je le faisais non-stop de 10 heures du matin à 5 heures de l’après-midi. À la fin de la journée, j’avais des bleus partout.

N’y a-t-il pas du tout de moments tendres ?
Certainement. Dans la seconde parti, il y a un moment entre Ron et Hermione qui satisfera beaucoup de personnes, et il y en a un autre entre Harry et Ginny, qui est un peu amer, mais je pense très important.

Avec le recul, quels étaient les hauts et les bas pour toi de ces 10 années ?
Les bas étaient les mêmes que n’importe quel adolescent subit. En termes de célébrité, c’était quand j’avais environ 14 ou 15 ans et que j’ai fait la chose incroyablement stupide de chercher mon nom sur Google, ne faites jamais ça si vous tenez à votre santé mentale et votre estime de soi. Les hauts seraient de travailler sur ces films, avec des réalisateurs et des acteurs étonnants.

Comment te sentais-tu durant la dernière journée de tournage de la saga Harry Potter en juin dernier ?
Le moment quand les choses se sont terminées, il y avait beaucoup de larmes. C’était une journée très émotionnelle. Mais on filmait depuis 18 mois et c’est long, alors peu importe combien c’était amer, on était fatigués et assez heureux de finir vraiment.

Tu es parti de chez tes parents, est-ce que ta mère est toujours surprotectrice ?
Ouais, elle s’agrippait à moi quand je suis parti de la maison ! [rit] Non, ma mère n’est pas protectrice. En fait, je suis parti il y a quelques années et j’aime vivre seul. J’apprends toujours à fonctionner comme un être humain, faire la cuisine et ranger et tout ça. Je m’améliore petit à petit.

Il y a quelques années, tu as dit qu’il état difficile de sortir avec une fille, est-ce toujours le cas ?
Plus trop, non, on espère [rit].

Que fais-tu de tout l’argent que tu as reçu des films Harry Potter ?
L’argent n’est pas un facteur de motivation dans ma vie. J’ai vraiment beaucoup de chance d’avoir un boulot que j’aime pour lequel je suis très bien payé. La seule chose que l’argent a fait pour moi, c’est que je peux être très sélectif sur ce que je vais faire dans l’avenir et je n’ai pas à faire des choses purement parce que j’ai besoin de l’argent.

Elisa Leoneti

Best Movie International – juillet 2011 – Traduction – 7 juillet 2011