Allemagne/France, 2011, 110 min., aventure, 3D

Le réalisateur de la série des Resident Evil réinvente à sa manière l’un des romans les plus célèbres de la littérature française : une aventure à toute vitesse avec des mousquetaires ninja, de belles femmes mystérieuses, des vaisseaux volants, des machines et des lance-flammes

par Mark Overmars

Le XVIIème siècle a dû être assez excitant, à en juger la vision que Paul W.S. Anderson en a : Aramis rappelle Batman, Athos manie un lance-flammes à tête de dragon et Milady danse façon Matrix pour éviter des centaines de boulets à pointes. Pour son premier film d’époque, le réalisateur anglais de l’une des séries d’horreur qui a eu le plus de succès ces dernières années (Resident Evil), a décidé de monter le volume, d’juter la troisième dimension et a laissé son imagination se déchaîner.

C’est la même bonne vieille histoire : D’Artagnan (Logan Lerman de Percy Jackson), jeune fougueux de Gascogne, monte à Paris pour s’enrôler chez les mousquetaires du roi. Il y rencontre les “trois” du titre, à savoir Athos (Matthew Macfadyen, Orgueil et préjugés), Porthos (Ray Stevenson, Thor) et Aramis (Luke Evans, les Immortels), dont les carrières sont sur le déclin après que quelques missions aient mal tourné. Afin de se racheter, ils devront affronter un trio de méchants exceptionnels : le Cardinal Richelieu (un diabolique Christoph Waltz, qui vise le trône), le Duc de Buckingham (Orlando Bloom, exagéré comme jamais auparavant) et leur ancienne alliée Milady (Milla Jovovich, en costume pour la première fois depuis Jeanne D’Arc).

Les similitudes avec le roman de Dumas s’arrêtent ici : Paul Anderson a décidé de donner un éclat technologique à son XVIIème siècle, bourrant tout Paris et l’Europe de dirigeables, Gatlings et une grosse dose d’arts martiaux. Geste risqué, qui rappelle ce que Guy Ritchie a fait dans son Sherlock Holmes ainsi que le Pirates des Caraïbes de Gore Verbinski, inspiration que Anderson n’a aucune intention de cacher. “Ce film a changé le monde du cinéma, et si on peut moderniser les pirates, je ne vois pas pourquoi on ne peut faire la même chose avec les mousquetaires”, a déclaré le réalisateur. Les puristes du genre seront offensés par ce qui est fait ; mais pour tous les autres, ce pourrait être l’un des films les plus marrants de l’année.

Sortie le 12 octobre au Royaume-Uni, le 21 octobre aux États-Unis

Réalisateur : Paul W.S. Anderson
Distribution : Logan Lerman, Matthew Macfadyen, Milla Jovovich, Christoph Waltz, Orlando Bloom
Intrigue : Athos, Porthos et Aramis, mousquetaires sans chance, accueillent D’Artagnan dans le groupe et s’opposent aux projets de conquête du perfide Cardinal Richelieu.

*

Milla et Paul : amour synergique

Les Trois Mousquetaires est le troisième film dans lequel Milla Jovovich travaille avec Paul W.S. Anderson. On n’a pas pu trouver une telle chimie depuis Woody Allen et Diane Keaton. Milla et Paul sont mariés en fait, ils se sont dit oui le 22 août 2009 et ils ont une fille nommé Ever Gabo. Où sont-ils allés pour leur lune de miel ? “On a tourné Resident Evil: Afterlife. On s’est mariés et on a commencé à tuer des zombies ensemble”.

Traduction – 9 novembre 2011