Faites connaissance avec la compagnie peu glorieuse de Peter Jackson – 13 Nains uniques, une mission compliquée

THORIN ÉCU-DE-CHÊNE
RICHARD ARMITAGE

Le Nain au plan

Parle nous de Thorin…
Eh bien, comme les gens le sauront du livre, c’est le leader des Nains, un roi en mission pour réclamer son royaume. Mais Tolkien l’a vraiment écrit comme un être assez acariâtre et roquet, et on essaie juste d’arrondir les angles de ça – il y aura un moment où il s’effondre dans le deuxième film. J’essaie de le conserver aussi complet que possible, de manière à ce que vous ne rouliez pas des yeux à chaque fois qu’il ouvre la bouche parce qu’il a quelque chose de mauvais à dire. J’essaie vraiment de trouver son sens de l’humour, malgré le fait qu’il a un assez gros poids sur les épaules.

Est-ce que cela fait de lui l’Aragorn de cette trilogie ?
Certainement en termes de royauté, en termes de retrouver son royaume, et ce voyage est important. J’essaie de le rendre bienveillant, de manière à ce qu’il devienne à propos de le faire pour son peule plutôt qu’une mission égoïste, mais au bout du compte il devient égoïste. C’est marrant de savoir en quelque sorte comment est le personnage et puis essayer de trouver d’autres éléments pour le rendre entier.

Allais-tu toujours être Thorin ?
J’ai lu ce livre encore, encore et encore gamin. Puis je me suis intéressé au Seigneur des Anneaux adulte, mais malheureusement je n’avais jamais été dans une position pour être considéré pour cette trilogie. C’était quand Peter a repris les rènes après Guillermo que je l’ai rencontré à Londres ; à l’époque j’étais engagé pour une autre production pour Sky (Strike Back). Alors je suis allé leur parler pour peut-être faire un autre personnage avec un plus petit rôle et moins d’implication. Ils ont demandé à tout le monde de tester le même personnage et puis ça a en quelque sorte disparu et j’ai pensé, “Eh bien, c’était sympa de les rencontrer”, et j’ai commencé avec l’autre boulot. Puis ils ont fait une déclaration de presse pour dire que tout allait arriver, et j’ai eu un coup de fil qui disait, “Pourrais-tu repousser ce boulot ?” Honnêtement, il n’y a rien qui aurait pu m’arrêter de faire Thorin. Si je ne fais jamais plus rien après ça, je pense que je serai heureux, véritablement heureux. On aurait dit une réalisation.

Est-ce simplement à cause du livre ? Ou à cause de Peter Jackson ?
Les deux. C’est le fait que c’est Peter Jackson et qu’il prend Tolkien et fait ce que tout le monde veut que ce soit fait avec. C’est sa vision, et elle est si proche, si proche de ma vision. Le fait qu’il utilise encore une fois toute la même équipe, il a (les concepteurs visuels) John Howe et Alan Lee, on ne peut briser ça, cette tradition étonnante. C’est toutes ces choses.

Combien était-ce facile d’arrêter de rester bouche bée devant tous ces décors magnifiques ?
C’est bizarre. J’ai essayé de venir sur le plateau dans l’état d’esprit du personnage, même si c’était une sorte de maison de semi-liberté. On peut avoir une conversation avec quelqu’un, comme ça, mais tu es toujours mentalement le personnage. Quand je ne suis pas costumé, alors je m’émerveille devant les décors. Durant notre première semaine, j’étais si mal à l’aise et je n’arrivais pas à trouver pourquoi. Je rentrais chez moi en me prenant la tête en pensant, “C’est ce rôle, je ne pense pas que je peux le faire”. Puis je me suis tout à coup rendu compte que c’était parce qu’ils avaient mis ces guerriers Vikings, ces Nains, effectivement dans l’environnement suburbain de Hobbitebourg où ils se sentaient comme des poissons hors de l’eau – ils ne trouvaient pas leur place, ils étaient maladroits, ils se cognaient dans les meubles – et j’ai pensé, “C’est ça”. C’est pareil avec Fondcombe – quand les Nains arrivent à Fondcombe, ça pue l’Elfe.

Comment résumes-tu l’expérience jusqu’ici ?
J’ai adoré ça – tu sors du lit le matin. Je sais que ça sonne vraiment cucul, mais si. Tu te pinces constamment : “Je n’y crois pas, je suis devant Hugo Weaving, devant Elrond, et il me dit les secrets de cette carte iconique”. J’ai appris comment, dans l’un des brouillons du livre, Tolkien voulait que les runes lunaires apparaissent vraiment, imprimés dans l’encre, et ils n’en avaient pas les moyens. Mais juste voir la carte en vrai et  faire, “Oh mon Dieu, je la tiens, je la tiens”. C’était assez sympa d’apporter un petit peu de merveille et de magie au personnage…

Ressens-tu une différence avec le Seigneur des Anneaux ?
Je pense que Pete a fait pour les Nains ce qu’il a fait pour les Elfes dans le Seigneur des Anneaux, il est très axé dessus. Le Hobbit regarde beaucoup le monde via les yeux des Nains, avec, je suppose, un petit peu plus d’énergie et de comédie. Les Nains mènent une vie un peu plus, je ne sais pas, ouvrière – surtout nos Nains.

Comment s’est passé le combat à l’épée ?
C’était un challenge constant et on ne pouvait être autant en forme qu’on le voulait. Je m’entraînais chaque jour pour renforcer mon poignet, parce que c’était une épée vraiment lourde – elle porte le nom d’Orcrist – et il y avait ce que j’appelais “l’épée du spectacle”, qui était cette chose glamour poids lourd que je pouvais à peine soulever. Elle était bonne à être soulevée, et littéralement, pendant genre 20 secondes. Puis il y avait une version un peu plus légère en aluminium, que j’ai vraiment aimé.

Comment as-tu trouvé la tendance qu’ont les Nains à se mettre à chanter ?
Oh, c’était super marrant de chanter, et ce sont des chansons géniales. Même si je ne vais pas remporter des trophées bientôt.

Vois-tu la vie en petit ?
En réalité, Thorin fait la même taille que Daniel Radcliffe, mais il est grand pour un Nain. C’est écrit dans les instructions scéniques, “Thorin entre, c’est un Nain, il est grand pour un Nain. Il fait 1.60 m”. À peu près comme Al Pacino. J’ai toujours pensé  que les Nains ne se sont jamais considérés petits, parce que c’est une nation assez isolée. Ils vivent sous la terre, ils grandissent sous la terre, alors ils ne se considèrent pas petits – c’est le reste du monde qui est grand. Je les vois mentalement comme étant très, très grands et très puissants. Alors je laisse Peter faire sa magie avec le problème de taille. Même si, c’est assez sympa pour moi, en tant que personne de grande taille, de regarder vers le haut Gandalf et Elrond, parce que je suis habituellement au-dessus de la conversation à regarder vers le bas. C’est une vraie nouveauté.

DWALIN
GRAHAM McTAVISH

L’homme de main

Parle nous de Dwalin…
Je suis le motard qui fait peur du groupe. J’espérais en fait appeler mon poney Harley. Dwalin est en quelque sorte le guerrier dur à cuire, le bras droit fidèle de Thorin, son lieutenant qui suivrait Thorin aux portes de l’enfer et le fait pratiquement, je devine. La chose intéressante au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire, c’est qu’on découvre qu’on a tous des ordres du jour légèrement différents. Mon attitude envers tous, personnellement, varie. Il y a certains à qui je confierais ma vie et d’autres que j’aurais juste envie d’envoyer balader.

Qui te fait cet effet ?
Je pense à Charles Bronson.

As-tu eu un entraînement supplémentaire ?
Ouais, j’ai commencé à faire beaucoup d’entraînement physique à peu près trois ou quatre mois avant de venir ici : cinq jours par semaine, dont un jour d’horreur à t’en faire vomir. C’tait terrible, mais ça m’a mis en forme. Ce n’est pas nécessairement une question d’être musclé, c’est une question d’endurance.

Est-ce que les tatouages ont une signification ?
Ah oui, les tatouages. Eh bien, j’en ai demandé de toutes sortes, c’est comme une histoire illustrée de sa vie, mais “Si tu peux lire ça, c’est que je dois être en train de te péter la tronche” en fait partie.

As-tu dû apprendre le nanien ?
On sait un peu de nanien. Je ne vais pas me faire honte à le parler là, mais on a quelques répliques en nanien, principalement des insultes.

Des jurons naniens ?
Ceux-là ne seront pas sous-titrés.

Vois-tu la vie en petit ?
Non, et c’est pourquoi il est très important de créer ce sentiment martial d’un groupe, parce que le danger, c’est que quand tu mentionnes des Nains, on imagine Blanche Neige et toutes ces foutaises, des gens qui se promènent en se dandinant. Mais ces gars sont très, très féroces. Ils sont comme un petit groupe des forces spéciales qui peuvent aller là où ils veulent.

GLOIN
PETER HAMBLETON

Le père de Gimli

Parle nous de Gloin…
Il y a évidemment un lien pour les fans du Seigneur des Anneaux. Le concept du personnage – les cheveux, la barbe, tout le look – y veut beaucoup, mais je dois aussi habiter un côté un peu Gimli. J’ai regardé attentivement les versions longues du Seigneur des Anneaux en prenant des notes, mais sans essayer de faire une copie conforme. Ce qui était vraiment sympa, c’était la visite de John Rhys-Davies, et on a été présentés. C’était un grand moment. Je disais “Salut fiston” et il répondait “Salut papa” – un gars charmant et adorable. Gloin, pendant ce temps, est un personnage très susceptible.

Et irascible ?
Il a un tempérament explosif, mais on voit une véritable tendresse et un amour vrai envers sa famille. Il a un moment adorable plus tard où on voit qu’il a avec lui une image de sa femme et de son fils, et qu’ils lui manquent terriblement.

Peter Jackson a dit que les Nains étaient la raison pour laquelle il a réalisé le Hobbit.
J’espère qu’on y rend justice, si c’est le cas. Dans l’histoire, il y a ce groupe désespéré d’individus très teigneux rassemblés, un groupe hétéroclite d’individus – les “petits bâtards”, c’est comme ça qu’il nous appelle.

Comment va le chant ?
C’était en fait une chose qui nous a beaucoup rapprochés. Certains – et je ne me compte pas en tant que chanteur – peuvent tenir une note.

Et la boisson ?
Les Nains sont connus pour s’envoyer un verre ou deux, merci.

Es-tu allé au barbecue de Bombur ?
Je l’ai raté ! Je suis allé à Auckland pour le concert de Bob Dylan. Apparemment Stephen Hunter fait un fantastique agneau barbecue.

Vois-tu la vie en petit ?
Les Nains viennent de la terre et s’y sentent liés ; étant donné la gravité, leur poids est bas, mais ils ne sont pas petits.

OIN
JOHN CALLEN

Le maître des potions

Parle nous de Oin…
Chacun de nous a établi un caractère vraiment fort, ce qu’on a fait en parlant avec le réalisateur, les producteurs et les auteurs – qui sont les mêmes personnes ! J’ai un frère, Gloin. C’est le père de Gimli, alors c’est un bon début. Mon personnage particulier pourrait être une sorte d’apothicaire, c’est pourquoi j’ai ce grand sac de flacons et autre attirail. Il verra un buisson et pensera : “Je n’ai pas vu ces feuilles ; je pourrais être capable de les mettre dans une potion”. On suppose qu’il a inventé le mot “ointment” (“pommade” en anglais) – oin-tment, tu vois ? Je suis aussi l’un des plus vieux membres du groupe – l’audition n’est plus ce qu’elle était.

Comment se passe le combat ?
À 64 ans, je n’ai pas la force physique de quelqu’un de 34 ans. Les choses que je fais sont limitées par mon âge, mais il y a de la place pour de l’expansion grâce à ce que peut faire ma brillante “cascadeuse”. Et cette jeune femme qui est ma doublure taille – c’est merveilleux de la voir embourbée.

Comment décrirais-tu la mentalité des Nains ?
On se méfie des elfes, parce qu’ils nous ont laissés tombés durant une grande bataille. Alors on est très méfiants d’eux, et ils sont incroyablement laids : grands et minces, avec des cheveux lisses. Aucune de leurs femmes n’a de pilosité faciale – c’est en fait mentionné dans le scénario. En tant qu’acteurs, on a une philosophie, qui est celle-ci : s’amuser à fond. Cela s’est transmis dans la philosophie de la vie des Nains. On est prêts à tout. On est prêts pour la bagarre, un sacré bon repas, et si tu as de la nourriture, eh bien, on partage ce qu’on a, et alors toi aussi. Ils sont loyaux à un homme. Enfin, un Nain.

Vois-tu la vie en petit ?
S’ils sont petits, ils compensent cela par le courage. Si quelqu’un a des problèmes, ils sont là pour lui ou elle. Peu importe combien l’ennemi est grand, et certains sont très, très, grands.

FILI
DEAN O’GORMAN

Nain Bimbo (version blonde)

Parles nous de Fili…
En tant que frère aîné de Kili, il est le plus responsable, et assez protecteur de son frère cadet. Il est également plus conscient de son lien au sang de Durin et le sérieux de la mission de Thorin. C’est vraiment sa chance de faire ses preuves. Non pas qu’il n’ait pas de moments où il est cool. J’aime à le penser comme très cool.

Aidan Turner, Kili, suggère que tu es le Prince William de son Harry.
Ah ouais ? Eh bien, ce n’est pas faux. Fili est définitivement le plus sage. Ils sont fidèles l’un envers l’autre ; Fili est très loyal.

Est-ce juste de penser de toi et Kili comme les “Legolas” des films du Hobbit ?
Ce n’est pas faux non plus. Sauf qu’on est plus beaux.

Tu as rejoint la fête tardivement, après qu’un autre acteur (l’ancien Eastender Rob Kazinsky) ait abandonné. Tu as dû partir sur les chapeaux de roue.
J’avais déjà fait une audition – pour Thorin – mais j’étais passé à autre chose. Puis tout à coup, je pense que c’était début 2011, Philippa (Boyens) a appelé pour dire qu’ils me voulaient pour Fili, est-ce que je pourrais descendre à Wellington pour un essai costume ? Juste comme ça ! C’était l’un des meilleurs appels de ma vie. Ils tournaient depuis quelques mois, alors j’ai dû faire trois mois d’entraînement intensif : cours de maintien, leçons de Nanien,  de combat à deux mains avec des épées – une introduction vraiment rapide dans le monde. Les bottes ont aidé. Tu bouges comme un Nain avec, et le mouvement, c’est la clé, lent mais avec un but, même si Kili est plus athlétique que la plupart.

Vois-tu la vie en petit ?
Les Nains se considèrent à la bonne taille. Ils vivent naturellement sous terre : ils aiment être près de la terre, sentir les rochers autour d’eux, et ils ont un centre de gravité bas. Mais il y a des moments où ils affrontent des adversaires plus grands, ou regardent vers le haut Gandalf ou Elrond. Puis, c’est juste qu’ils sont en dehors de leur habitait naturel et ces personnes sont anormalement grandes.

KILI
AIDAN TURNER

Nain Bimbo (version brune)

Parles nous de Kili…
Eh bien, il n’y a pas grand chose dans le livre, alors tu dois décider comme le jouer avec Peter – malmener les choses. Kili est un peu téméraire. Il est peut-être un peu trop cool parfois. Mais il est super à fond pour partir sur cet énorme voyage comme il n’a jamais fait la guerre, il n’a entendu que les histoires de Thorin. La relation entre lui et son frère Fili, c’est presque William et Harry.

Lequel es-tu ?
Je suis le plus jeune, alors je serais Harry. Il est un peu plus rebelle, mais il ne veut décevoir personne. Il n’est peut-être pas aussi loyal que Fili, mais il fait toujours partie de la troupe et il est engagé mais veut finalement récupérer à nouveau Moria. Ils sont tous super loyaux, c’est l’un des traits des Nains.

Pensais-tu jouer un Nain un jour ?
Pas vraiment, non, mais l’histoire de mon casting est rasoir. Mon agent a envoyé une cassette d’audition à Peter et six mois plus tard, je l’ai rencontré à Londres avec Fran (Walsh). Quand j’ai entendu la nouvelle, je tournais un truc de vampire pour la BBC (Being Human) et ça m’a poussé pour venir ici !

Comment s’est passé le camp d’entraînement pour Nains ?
Beaucoup de gym, beaucoup de cours de maintien. Les Nains croulent juste sous le poids de tout. Ils ne sont pas lents, ils ont juste cette mentalité d’hospice. Quand ils sont partis, on ne peut les arrêter. Avec Kili, c’est un peu différent, parce que ses réactions sont plus rapides que celles de certains autres, et je suis toujours le premier à entendre ou voir les trucs.

Vois-tu la vie en petit ?
On ne ressent rien en petit, et c’est la déclaration de mission des Nains. Ils sont petits mais ne le ressentent pas. Ils ne font qu’un mètre 20, mais ils renferment un punch sérieux. Mais quand ils tiennent une balle de tennis à deux mètres du sol pour la tête de Gandalf, tu fais, “La vache…”

BALIN
KEN SCOTT

Le cerveau de l’équipe

Parle nous de Balin…
Pour un Nain, il a une certaine sagesse. Je ne suis pas sûr de combien de sagesse possède un Nain, mais il en a pas mal. Mais les Nains peuvent toujours faire des erreurs. Les Nains peuvent se tromper. Et il se trompe, aussi. C’est la force de la dignité des Nains. Il s’inquiète à propos de toute l’aventure. Il ne prend aucun plaisir à tuer. C’est un Nain qui en a vu trop dans le passé. Alors il n’entre pas dans l’aventure avec enthousiasme.

Es-tu un fan de Tolkien ?
J’ai lu le Hobbit à l’âge auquel tu es censé le lire. Je n’ai pas lu le Seigneur des anneaux. Mon père, qui était prof d’anglais, m’a conseillé qu’une fois le Hobbit lu, ça suffisait, je pouvais passer à Dostoïevski…

Avais-tu des idées préconçues sur ton apparence ?
Comme nous tous, je me suis émerveillé devant l’art. Mais pas le porter. Le meilleur moment, c’est l’enlever. Parce que c’est épouvantable… complètement épouvantable.

Comment s’est passé l’entraînement nanien ?
On voulait établir ce genre de démarche – un centre de gravité. La manière dont on marchait, comment on se tenait. Marcher avec le genou un peu plié et un changement de gravité. Malheureusement, ce qu’on n’a pas pris en compte, c’était le poids énorme des costumes. Trébucher et tomber ne sont pas rares.

Mais au bout du compte, ce doit être un personnage extraordinaire à jouer.
Eh bien, c’est inhabituel. Mort d’un commis voyageur est un grand rôle d’acteur.

Comment est ta voix de chanteur ?
Enchantante. On sort le single…

Vois-tu la vie en petit ?
C’est seulement quand on est avec d’autres qu’on y pense. Quand on est avec Gandalf, qui est soit Ian sur une boîte ou sa doublure taille qui est, tu sais, là haut. C’est seulement là qu’on remarque la différence.

ORI
ADAM BROWN

Le poupon

Parle nous d’Ori…
Ori est le plus jeune, alors il a le rôle du bébé et ses frères sont Dori et Nori. Il admire beaucoup Nori, qui est un peu rebelle, tandis que Dori est celui qui reste à la maison à s’occuper de lui. Le concept, c’est que Dori vient me chercher pour me ramener à la maison, mais on finit dans cette aventure. Philippa et Fran disaient “On aimerait que ce soit un poisson hors de l’eau”. Il ne devrait vraiment pas être du voyage. J’aimais le fait que tous les gars ont des armes énormes et j’ai un petit lance-pierres minuscule.

Si tu es un bébé Nain, cela te fait quel âge ?
En années naniennes, environ 17 ans. Fili et Kili auraient 25 ans. Sous ma veste, j’ai un petit gilet tricoté et des mitaines en laine. Comme premier film, le Hobbit n’est pas un mauvais endroit où commencer.

Comment en es-tu arrivé là ?
J’ai une compagnie théâtrale à Londres, et j’ai tourné une dizaine d’années en écrivant mes propres trucs. J’ai juste eu un coup de fil de mon agent qui disait “Eh-eh, j’ai une audition pour toi” et j’ai sorti “Ah ouais ? Vraiment ?” parce que j’étais en plein milieu d’une production. Puis il a dit “C’est pour le Hobbit !” Et j’ai répondu “S’te plaît, pas une autre pièce scolaire…” Et il s’est vraiment énervé “Tu ne tournes pas dans les écoles, c’est le Hobbit, VA à l’audition”. J’ai testé en fait le rôle de Martin et ça s’est vraiment bien passé, mais je ne pensais pas que ça arriverait. Quand j’ai eu le coup de fil, je faisais un spectacle de Noël à Newbury…

Un spectacle de Noël ?
À Newbury… Et j’ai eu un coup de fil qui disait “Tu as le Hobbit, et je n’y croyais pas. Je n’avais rencontré personne jusqu’à ce que j’arrive ici, je n’avais juste parlé à Philippa et Fran au téléphone. Tout ça a complètement retourné mon monde. C’était juste vraiment bizarre d’être dans une pièce avec Ian McKellen à partager des sandwiches au concombre.

Vois-tu la vie en petit ?
Même pour un Nain, je suis petit !

NORI
JED BROPHY

Le mec

Parle nous de Nori…
Nori est braconnier, il a passé du temps seul dans la nature. C’est aussi le frère de Dori et Ori, qui revient au bercail pour partir dans cette aventure. Il est habitué à l’aventure, étant un peu voleur. Il a beaucoup de dagues cachées sur lui. S’il était anglais, il serait Cockney.

Alors il est prêt pour la bagarre ?
Les Nains s’offensent et se battent entre eux beaucoup, mais ils ne s’en veulent pas. Ils en veulent aux Elfes…

Sûrement avec beaucoup de comédie, aussi ?
Quand les Nains sont seuls en groupe, la comédie entre eux est géniale, mais ils n’ont pas tendance à faire ça devant d’autres personnes. Ils sont plus réservés autour d’autres races, mais entre eux, ils sont comme des gamins de quatre ans dans la cour de récré. La bataille de nourriture avec Sacquet est hilarante. Il y a un grand potentiel pour le chaos. Bombur est super génial, il a tendance à être mortel envers nous comme envers l’ennemi.

Tu parais assez rembourré.
Les costumes sont l’un des boulots les plus difficiles, juste en termes de chaleur et poids. On a fait beaucoup de fitness pour préparer nos corps à être gros ! C’est assez marrant mais le rembourrage aide la marche. La chose la plus dure, c’est se rafraîchir entre les prises.

Combien t’es-tu amusé ?
Nous les Kiwis, on doit se rappeler qu’on y est effectivement. J’étais seul chez moi quand j’ai appris et ça m’a encore pris trois heures pour me calmer. Je me rappelle de voir Mark Hadlow (Dori) de l’autre côté de l’aéroport, en direction de l’essayage costume et il avait juste ce sourire géant.

Vois-tu la vie en petit ?
Les Nains pensent en guerriers ! C’est un plan génétique – ils forment juste une formation de bataille comme les Romains.

DORI
MARK HADLOW

Maman Nain

Parle nous de Dori…
C’est le patriarche de la famille, de Dori, Nori, et Ori. Dori a materné Ori toute sa vie. Nori a quitté la maison parce qu’il détestait être materné et n’est revenu que parce qu’il a entendu parler des bénéfices… en gros, je suis très protecteur de mes frères et il y a quelques petits soupçons quant à qui bénéficie cette soi-disant quête. Je ne suis pas sur de Thorin Écu-de-Chène, pas du tout. Gandalf est autre chose… Si tu t’y connais en magiciens, il y a un peu de soupçon… Mais on y va tous pour voir ce qu’on peut en tirer.

Est-ce que Dori a son moment de gloire ?
L’une des choses intelligentes qu’a fait Peter, c’est rassembler ce groupe de mecs qui savent vraiment ce que le mot équipe veut dire.

Il y a combien de temps que tu as eu le rôle ?
C’était octobre ou novembre 2011, à peu près en même temps que Jed (Brophy – Nori), et je me rappelle quand l’appel est venu, et c’était cool. non, pas cool, c’était la meilleure chose qu’il me soit arrivé. J’ai rencontré Jed à l’aéroport, on savait avant qu’on ait dit quoi que ce soit, et on s’est embrassés. C’était juste fantastique.

Pensais-tu que le Hobbit n’arriverait pas ?
Étant donné qu’il y a une fanbase absolument énorme qui bavait que ça sorte, je ne voyais pas ça autrement.

Les Nains sont un groupe soudé.
On est tous allés à l’école des Nains et on a travaillé avec un spécialiste du mouvement qui a joué un rôle majeur en nous donnant une manière uniforme de bouger. De même avec nos doublures cascade et naines. C’est un grand groupe.

Vois-tu la vie en petit ?
Du tout, on est les Inglourious Basterds de Peter Jackson – et on n’a pas besoin de Brad Pitt. On a Jimmy Nesbitt…

BIFUR
WILLIAM KIRCHER

Oui, il a une hache dans le crâne

Parle nous de la hache…
Je ne peux pas en dire trop – c’est top secret. C’est devenu une chose appartenant à mon personnage et j’ai adoré. C’est juste quelque chose d’un petit peu différent et en tant qu’acteur, ça te donne quelque chose à travailler et une base de blagues.

Tu ne parles pas beaucoup non plus.
Je ne parle qu’en nanien – c’est à cause de la hache. Mais quelque chose arrive… je ne peux pas en dire plus. L’histoire de mon personnage, c’est qu’avant c’était un mec raisonnable mais malheureusement, il s’est transformé en foufou. Il est un peu déficient mental – juste à cause de la hache. Il n’est pas crétin, il a juste des problèmes mentaux. Il est totalement instable et dans une bagarre il devient carrément fou à lier, surtout avec les Trolls. Je joue aussi un des Trolls – Tom le Troll. On le fait comme Gollum. Tu portes le costume de capture de mouvement et tu fais le personnage.

Alors tu te combats toi-même ?
En effet. On a tourné Bifur qui grimpe sur la jambe d’un troll et enfonce sa tête de pioche dedans.

Les Nains semblent certainement être un groupe soudé.
Le voyage pour nous en tant que groupe d’acteurs est comparable au voyage du film. Dès le début, on s’est rapprochés. Le film, c’est un groupe qui forme un ensemble pour partir sur une aventure pour atteindre le but de refonder le royaume de Erebor, et s’occuper de Smaug en cours de route.

Tu sonnes comme un grand fan de Tolkien.
Bien sûr, je suis des années 1970. Je viens du coin. Être finalement dans le Hobbit, c’est incroyable.

Comment va ta voix de chanteur ?
Oh, c’est fantastique. On sort un album bientôt.

Vois-tu la vie en petit ?
Les Nains voient grand.

BOFUR
JAMES NESBITT

Le fouille merde

Parles-nous de Bofur…
Bofur est quelqu’un qui, avec Bombur, son frère, et Bifur, son cousin, n’est pas aussi obsédé par regagner Erebor comme les autres. Ils sont un peu plus désordonnés – je pense qu’on est venus pour le craic, pour s’amuser. Bofur est optimiste, il est assez marrant, un peu naïf peut-être, mais il est aussi assez proche de Bilbon et quand les autres soupçonnent Bilbon ou l’estiment inutile, je pense que Bofur se prend assez d’affection pour lui.

Bofur semble aussi être le Nain qui a tendance à baratiner.
Oui, c’est vrai, mais il peut être très marrant de manière délibérée. Néanmoins, quand on le pousse, il peut être très, très féroce, comme tous les Nains de la Terre du Milieu.

Inhabituellement, son arme de choix est une pioche de mine.
Eh bien, ce sont des mineurs, Bifur, Bombur et Bofur, alors leurs armes sont plus grossières et leur technique de combat est grossière aussi. Bofur aime que le travail soit fait rapidement. Il veut juste enfoncer la putain de chose dans la tête de quelqu’un.

As-tu eu un entraînement spécial de pioche ?
On a tous tant de doubles… Mon cascadeur s’est avéré être un ex-champion de lutte néo-zélandais, incroyablement bien bâti et incroyablement beau et un mec très adorable – il va me rendre fantastique à l’écran. Il a fait beaucoup de techniques de combat différentes.

Comment s’est passé le chant ?
Je chante une chanson que j’ai écrite en fait – paroles de J.R.R. Tolkien, musique de James Nesbitt. Elle s’appelle The Man In The Moon, alors ça sonne comme R.E.M. Je la chante à Fondcombe et tout le reste m’accompagne. Cependant, elle ne pourrait pas être dans cette foutue chose…

Vois-tu la vie en petit ?
Non, les Nains pensent que le grand, c’est moche et bête et que le petit, c’est naturel, parce que tu peux te battre plus vite et tu peux mieux farfouiller. Ils pensent que le petit est grand et le grand petit.

BOMBUR
STEPHEN HUNTER

Il est juste fortement charpenté

Parle-nous de Bombur…
Il est assez surprenant combien une grande partie de nos personnages sont similaires à nous-mêmes. Je veux dire Bombur, évidemment, il mange beaucoup et c’est un gros personnage, mais il y a beaucoup d’autres choses chez lui aussi. C’est le chef de sa famille et il les aime tendrement – et j’aime cuisiner dans la vraie vie et j’adore la nourriture. J’ai préparé un festin pour les garçons un weekend. Ce petit barbecue pour tous les autres Nains.

Vous semblez être un groupe soudé.
Les relations que j’ai formées avec les gars, c’est la vraie base de ce qu’on fait sur le tournage, parce qu’on est devenus très proches et je peux voir combien certaines des personnalités brillent au travers des personnages et vice versa – ce qui est un honneur à Peter, Fran et Phil pour leur casting.

Bombur est une sorte de clown dans une classe de clowns.
Je ne pense pas que c’était ce qu’il voulait. Ça se réduit à son côté physique – juste lui qui marche ou qui fait des trucs, et le fait qu’il soit immense et qu’il est si passionné par la nourriture. Ça le rend tout simplement comique. Il est un peu maladroit. Il y a quelques surprise qui arrivent aussi.

As-t-il une méthode de combat distincte ?
C’est une très bon lutteur. Je veux dire, Bofur, Bifur et Bombur sont plus des bagarreurs, pas dans votre style traditionnel – on attrape n’importe quoi, des troncs d’arbre ou une grosse louche ou n’importe quoi avec quoi on peut se battre. Il n’est pas trop technique, ne bouge pas vraiment, il frappe juste ce qui se trouve sur son chemin.

Quel est l’état d’esprit du Nain ?
Je devine qu’aller à la Montagne Solitaire veut dire différentes choses pour nous tous. Je veux dire nos gars (Bifur, Bofur, Bombur), on est des bagarreurs, on n’est pas de la lignée de Durin, alors on est peut-être là pour l’argent, ou on a besoin de l’argent pour s’occuper de notre famille – alors ce n’est pas vraiment royal.

Vois-tu la vie en petit ?
Non, on roule, tout simplement.

Ian Nathan

Traduction – 13 juillet 2013