Cheveux plus courts = meilleur film

Sortie Actuellement au cinéma
Interdit aux moins de 12 ans
Réalisateur Ron Howard
Distribution Tom Hanks, Ayelet Zurer, Ewan McGregor, Stellan Skargård
Scénaristes David Koepp, Akiva Goldsman
Durée 138 min.
Synopsis Alors qu’un conclave se réunit pour choisir un nouveau Pape, Robert Langdon est appelé à Rome, où il découvre des cardinaux assassinés, apparemment par les anciens Illuminati. Le professeur de symbologie doit suivre un chemin secret pour empêcher la détonation d’une bombe qui détruira le Vatican.

L’adaptation cinématographique du Da Vinci Code par Ron Howard est dans les rangs des films les plus profitables de la décennie, récoltant des bénéfices de l’envergure de Harry Potter ou Batman – pourtant vous aurez toutes les difficultés au monde à trouver quelqu’un, dont les fans du livre de Dan Brown, qui l’a aimé. Néanmoins, les chiffres étaient si importants que cette suite, réunissant à nouveau Howard et Tom Hanks (mais pas, tristement, Audrey Tautou), était inévitable.

Étant donné qu’il mélange la folie religieuse, scientifique, politique, artistique historique et universitaire en un package, Anges & Démons est au moins plus divertissant que l’ennuyeux et bavard Da Vinci Code. Cette fois, l’héroïque universitaire d’Havard et agnostique Robert Langdon n’a qu’une soirée pour résoudre une série d’énigmes sur lesquelles les penseurs bloquent depuis des siècles, alors que des corps lacérés dans le style Seven (les cardinaux tués par les quatre éléments) sont livrés chaque heure, avant la possible destruction de tout le Vatican par de l’anti-matière volée au Large Hadron Collider du CERN. C’est toujours une course dans tous les sens avec des détails insignifiants sur des indices gravés dans des statues de Bernini, comme si l’art de la Renaissance était au même niveau que Où est Charlie ?, mais au moins il y a une urgence qui manquait la dernière fois.

Cependant, il y a des problèmes avec le film – écrit par David Koepp, qui a des antécédents avec faire rentrer de force des bestsellers à l’écran (Jurassic Park) et Akiva Goldsman, dont l’Oscar non mérité pour un Homme d’exception ne l’emporte toujours pas devant le Batman de Schumacher – qui n’aurait pu se développer s’il n’avait pas été porté par un livre à succès. Chaque personnage secondaire agit comme un idiot inutile pour garder l’intrigue sur le feu, surtout le Pape adjoint irlandais (Ewan McGregor) et le Garde Suisse suspect (Stellan Skargård). Encore une fois, un complot apparemment tout puissant apparaît être constitué d’une petite poignée de méchants, avec un tueur peu impressionnant solitaire qui se tire de crimes que même SPECTRE n’aurait pas les effectifs de commettre.

Rien de tout cela n’aurait de l’importance si Howard ne réalisait pas d’un pas lourd régulier et respectable, avec des pauses pour des leçons données dans des décors magnifiques représentant les profondeurs du Vatican et diverses attractions touristiques romaines. Il possède des trucs sympa de “j’échappe de situations dangereuses” et de “vous devez le voir pour le croire, Ewan dans un hélicoptère”, mais des choses aussi folles que cela appellent un visionnaire cinglé comme Dario Argento ou Richard Stanley.

Kim Newman

VERDICT Plus divertissant que le Da Vinci Code, mais toujours n’importe quoi.

Traduction – 18 mai 2014