Le premier nouvel album de Haywards Heathens depuis 2002.

Contre nature – ou du moins l’épuisement cérébral des deux derniers albums de Suede – c’est un retour galvanisant. comme leurs deux premiers albums, il est produit par Ed Buller et beaucoup de choses suggèrent cette période – changements d’accord vertigineux, structures de chanson impressionnantes et l’amour et le désir représentés avec une sorte d’indécence ingénue. Le guitariste/compositeur original Bernard Butler demeure absent, mais SnowblindIt Starts And Ends With You et For The Strangers auraient pu figurer durant l’ascension initiale du groupe. Ce qui est plus surprenant, c’est la manière dont le leader Brett Anderson troque ses paroles dernièrement parodiques de soi pour quelque chose qui s’approche de sa meilleure poésie. Sémaphore, pépins d’orange et aérosol sont tous présents, tandis que Faultines, le morceau de clôture, rappelle Still Life, l’audacieux morceau qui refermait l’album de 1994, Dog Man Star.

Roy Wilkinson

Traduction – 30 septembre 2014