Clarke : le retour ?

“Je suis très excité par les nouveaux sons qui peuvent être créés [des des logiciels de synthétisation]. Le nouvel album d’Erasure comprendra fortement cette nouvelle technologie”.
– Vince Clarke, 2004

Vince Clarke était loin de se rouler les pouces durant l’année 2004, bien que l’année avait commencé sur une note de mauvais augure quand la tête d’affiche bien en vue d’Erasure à Hogmanay, la fête de rue traditionnelle de la Saint-Sylvestre de Édimbourg, a été annulée à cause de vents soufflants en tempête et une forte pluie qui fouettaient la capitale écossaise. Kirsty Scott du Guardian a planté le décor : “Juste une heure avant le début des célébrations, on a dit aux 100 000 noceurs qui s’étaient massés dans Princes Street de rentrer chez eux. À l’aube, plus de 200 feux d’artifice, installés sur les sept collines de la ville, ont été démontés et remballés, et des arrangements ont été faits pour rembourser 8000 billets d’un concert de Erasure à guichets fermés”.

S’il avait eu lieu, la setlist de 14 chansons prévue aurait compris une vue d’ensemble globale du répertoire des succès britanniques impressionnants du duo. “On était déçus par l’annulation du concert…, Clarke a dit plus tard. C’était une chose très spéciale pour nous. On n’avait jamais joué à un tel événement avant… Cependant, on a continué à boire et on a passé un super réveillon”.

En 2004, trois quarts des membres originaux de Depeche Mode vivaient aux États-Unis. Clarke s’était relocalisé temporairement à New York pour être avec sa petite-amie américaine, Tracy Hurley, publicitaire travaillant pour la société de Relations Publiques de Erasure. Le 21 mai, le couple s’est marié lors d’une cérémonie discrète à Brooklyn.

Remontés par la réponse favorable à de récentes sorties, (1) Erasure ont commencé à écrire et enregistrer leur prochain album à Union Street Recording, dans la cave d’un atelier de Brooklyn situé à seulement quatre blocks de l’appartement de Clarke. Il a décrit le studio comme “petit, intime, et plein de guitares, mec”.

“Andy est resté chez moi pendant quelques semaines et on a travaillé, utilisant une guitare acoustique, obtenant des mélodies de base… a expliqué Clarke. Enregistrer cet album a tout été fait sur mon ordinateur portable. Tous les sons ont été générés par des logiciels de synthés, et le seul matériel auxiliaire dont j’ai eu besoin, c’était un clavier Oxygen 8 et des haut-parleurs. J’ai utilisé un mélange de sons préréglés édités et également programmé mes propres patches à partir de toute une myriade de synthés.

La collection de synthétiseurs analogiques vintage désirables de Clarke, si intégrale au son Erasure caractéristique, n’a malheureusement pas fait le voyage transatlantique. À la place, son travail précédent avec l’ingénieur mix/producteur Gareth Jones avait clairement déteint. L’amour de Clarke de Oddity, modelé par les Britanniques, était compréhensible étant donné qu’il était basé sur le synthétiseur analogique duophonique ARP Odyssey (MK1) fabriqué entre 1971 et 1976, utilisé par des artistes aussi divers que Herbie Hancock, Kraftwerk, Ultravox et Gary Numan. Absynth et Reaktor, tout aussi attirants, étaient tous les deux des créations inventives des Allemands de Native Instruments. (2)

Erasure ont bien travaillé avec les propriétaires de Union Street Recording, Steve et Jill Walsh – le premier ayant auparavant joué avec Erasure à la guitare acoustique sur SIRIUS Satelite Radio de New York et deux concerts privés pour les fans à San Francisco. Sa femme Jill a fait des chœurs sur neuf des 11 morceaux de l’album.

“J’ai reçu un appel de Mute disant que Andy voudrait enregistrer les voix ici à Brooklyn, a dit Walsh au site web d’Erasure. Je pense qu’il y a une certaine ambiance confortable qu’il aime ici. Ils auraient vraiment pu aller où ils voulaient pour travailler. Un autre bon point de mon endroit, c’est que Vince venait se s’installer pas loin, alors Vince pouvait programmer tandis que Andy pouvait enregistrer. Travailler à Brooklyn était aussi bien parce qu’ils pouvaient écrire le jour aussi, le tout petit bout que j’ai effectivement vu était une expérience vraiment géniale pour moi”.

Walsh a également complimenté la commande de Clarke de la technologie dernier cri : “Il semblait aimer le défi ; je sais qu’il aimait pouvoir récupérer les sons. Les sons de basse sont gras, et il pouvait vraiment recréer les sons Erasure classiques sur l’ordinateur portable”.

Clarke a documenté les sessions d’enregistrement éclairs de 26 jours entre février et avril dans le cadre d’un journal quotidien posté sur le site web d’Erasure, qui révélait son humour pince-sans-rire : “Andy fredonnait, alors on l’a mis de force dans la douche !” ; “Dimanche de Super Bowl ! Vince a fait des Buffalo wings épicées et des hot dogs. On a vu les petits seins blancs de Janet Jackson et on a été choqués et outragés !”

En moins de trois semaines, c’est un Clarke “débraillé et mécontent” qui est revenu en Angleterre dans sa maison de Chertsey faite sur mesure, Ammonite, à “revoir, remplacer, rajeunir, recycler et rénover les morceaux” avec le programmateur JC – connu aux yeux de Clarke & co. sous le nom de Jon Collyer, “le maître du groove” – pour mixer une semaine plus tard au Studio 2 de The Instrument de Mute et The Pierce Room – studio de Hammersmith à plus d’un million £, qui comprenait le premier système de monitorage du surround consacré au monde basé sur des enceintes Dynaudio Acoustics. Le processus a été surveillé par Tom Elmhirst, dont les crédits précédents incluaient Busted, Kylie Minogue, Sugababes et Goldfrapp.

Dans l’état des choses, la sortie de l’album prévue fin 2004 a été mise en attente étant donné qu’aucun des deux membres d’Erasure n’était disponible pour la promotion. Clarke était préoccupé par The Illustrious Company en collaboration avec son partenaire de production Martyn Ware (3), tandis que Bell récupérait toujours d’une seconde opération de la hanche : “J’ai souffert de nécrose vasculaire, c’est quand le sang n’irrigue plus le col du fémur, et tout tombe en ruines, alors j’ai dû me faire remplacer les deux cols. Avant, je boitais et j’étais voûté comme un vieil homme. Je devais prendre beaucoup d’anti-inflammatoires et j’ai été hors de l’action pendant des mois. Puis j’ai commencé à aller au sport me reconstruire ma force”.

Dans une conversation dans Times Online avec Pete Paphides, Bell a décrit de manière légère ses nouvelles articulations : “Elles sont en titane avec de la porcelaine rose, et mon chirurgien – [qui] était un homme, mais qui est désormais une femme – a dit qu’elle avait mis les roses juste parce qu’elles sont spéciales. Avec un peu de chance, elles dureront toujours. On a dit que Vince pourrait mettre [un aimant] sous la scène pour me faire bouger !”

Sur une note plus sérieuse, Bell s’est senti obligé de confirmer officiellement son statut de séropositif via le site web d’Erasure le 14 décembre, clarifiant des préoccupations résultant d’un reporter finlandais qui “a été le premier à le dire”, malgré le fait que Bell l’avait déjà dit auparavant à divers journalistes allemands et britanniques, tous ayant choisi d’exercer de la discrétion en n’imprimant pas la révélation.

“J’ai découvert que j’étais séropositif en juin 1998 quand j’ai eu une crise de pneumonie à Majorque. Depuis lors, je prends de la trithérapie et je me sens bien – en fait, je ne me suis jamais senti aussi bien. Être séropo ne veut pas dire que tu as le Sida. Mon espérance de vie devrait être la même que tout le monde, alors il n’y a pas besoin de paniquer. Il y a toujours tant d’hystérie et d’ignorance qui entourent la séropositivité et le Sida. Continuons juste de vivre – c’est à dire, faire de la musique, faire une tournée, et s’amuser en général…”

Selon Bell, Clarke a été mis au courant de son état dès le début : “Il savait que j’avais une pneumonie… parce que mon Paul [Hickey] l’a vécu avec moi. J’avais toujours l’impression que je n’allais pas mourir, mais Paul était assez paniqué. Il a appelé tout le monde à l’époque”.

Hickey avait découvert qu’il était séropositif en 1990 – avec des conséquences quasi-fatales pour Bell, qui a franchement admis, “Mon copain était flippé ; il allait se faire faire un lifting à 40 ans, et le médecin a dit, J’ai de très mauvaises nouvelles pour vous ; vous allez mourir. Puis il ne voulait plus coucher avec moi. J’ai pensé, Je vais sortir et faire ce que je veux. J’ai pensé que [devenir séropositif], c’était un peu comme se tester. C’était un peu comme appartenir à un groupe [dont j’avais l’impression d’être coupé] – comme être gay en premier lieu, être sur des disques, expérimenter avec les drogues, être séropositif… des groupes de pairs dont je pensais vouloir y appartenir. Mais c’est seulement en faisant partie des groupes que je me suis rendu compte que j »étais encore moi”.

Pour apaiser les peurs qui affluaient, le webmaster de Erasure Greg Hudson (4) a posté : “Je peux comprendre les soucis que beaucoup d’entre vous ressentent ; cependant, avec les récents remplacements des cols du fémur d’Andy, il est en meilleure forme qu’il n’a été depuis un moment, et nous pouvons certainement nous attendre à voir une performance exceptionnelle de sa part l’année prochaine”.

* * *

Alors qu’ils attendaient le 11ème album studio retardé de Erasure, les fans ont été compensés par la sortie en novembre du DVD The Tank, The Swan And The Balloon Live!, enregistré à l’Apollo de Manchester le 6 août 1992 – l’une des 23 performances sans précédents dans cette salle durant la partie britannique du Phantasmagorical Entertainment Tour en soutien de Chorus en 1991. La setlist de 30 chansons du DVD remasterisé avec amour rétablissait l’intro instrumentale ommise de la VHS originale et incluait toutes les quatre reprises du EP ABBA-Esque. Le package incluait un poster et livret adapté du programme original de la tournée, plus une carte de bingo Phantasmagorical originale, avec un disque additionnel de 25 minutes “Behind The Scenes” d’images en coulisses et d’interviews exclusives.

Également en novembre, le distributeur américain de Mute, Caroline, a transmis un rapport en ligne en avant sur le nouvel album de Erasure : “Pour commémorer leur 20ème anniversaire, Nightbird est tout simplement un retour au travail, bouillonnant du son classique de Erasure qui a influencé toute une génération de compositeurs, de producteurs, de DJ et de fans de pop de part le monde… C’est le moment parfait pour une nouvelle génération de goûter qui sont les ancêtres de l’électro élégante…”

Laissant peu de choses à la chance, la machine marketing de Mute s’est préparée pour l’action en avance. Étant le 36ème single de Erasure, 36 radios britannique ont reçu des promos de Breathe dans une sélection de formats, dont des CD promo une, trois et quatre pistes, chacun comprenant diverses versions de la chanson – la plus populaire s’avérant être Breathe (Radio Version). Pendant ce temps, le département marketing de Mute a envoyé des fourreaux cartonnés gratuits à des clients britanniques et irlandais enregistrés dans lequel se logeront les deux CD singles et le DVD single à venir, stratagème déployé auparavant avec un certain succès pour le trio de singles d’Erasure sorti en 2003.

Breathe a d’abord été rendu disponible pour l’achat public à partir du 29 novembre sous la forme d’un single téléchargeable à partir d’une variété de détaillants, dont le site web de Erasure (avec un livret et l’étiquette de CD tout en couleurs exclusifs téléchargeables), ainsi que sur iTunes (pour 12 territoires européens, dont la Grande-Bretagne). Étant donné que le Royaume-Uni avait désormais des charts officiels du Top 20 Téléchargements, le EIS a été rapide pour encourager les fans, faisant remarquer avec enthousiasme que si les charts téléchargements avaient existé en 2003, alors le single téléchargeable précédent de Erasure (Oh L’Amour – Mark Towns Mix) serait facilement entré dans le Top Cinq, “alors imaginez la place dans les charts téléchargements si toout le monde achetait la sortie digitale de Breathe la semaine prochaine, et l’exposition subséquente sur les charts de BBC Radio 1”.

Répondant en conséquence, les fans de Erasure ont aidé à mettre Breathe sur la playlist dite “B” de Radio 2 le 8 décembre, amélioré à la fin de l’année que la chanson devait être ajoutée à la playlist “A” au début de la semaine de sa sortie britannique (3 janvier 2005). La stratégie marketing et promotionnelle de Mute a payé quand les ventes combinées de tous les trois formats – CD single, CD single édition limitée (5) et DVD single (comprenant un clip réalisé par Christian Bevilacqua fondé sur la petite Marchande d’allumettes de Hans Christian Andersen, tourné avec un clin d’œil stylistique subtil à Blade Runner de Ridley Scott) – a atteint la 4ème place dans les charts britannique sa première semaine (le plus grand tube de Erasure depuis que Always ait atteint la même place en 1994), devant le 30ème tube du Top 40 consécutif du duo. Comme on pouvait le prévoir, une fois que les fidèles avaient investi, Breathe a chuté à la 14ème place la semaine suivante.

Le 18 janvier, la sortie américaine était constituée d’un maxi 9 pistes comprenant toutes les versions de Breathe et ses morceaux accompagnants qui étaient étalées sur les multiples sorties britanniques. Hélas, il n’a pas réussi à entrer dans les charts outre-Atlantique, malgré avoir atteint la première place du statut Breakout du Club Play Chart du Billboard la semaine du 22 janvier. En Allemagne, Breathe a stagné à la 35ème place – rien à voir avec la place dans le Top Cinq qu’avait atteint Always. Peut-être que le duo s’est consolé grâce à sa première place des charts singles danois.

Nightbird, attendu impatiemment, est enfin sorti le 24 janvier, devenant le premier album d’Erasure disponible en téléchargement. Les chroniques étaient généralement favorables, avec le Daily Mirror déclarant : “Couvrant une gamme d’émotions allant de l’exubérant à la réflexion, Nightbird est une réussite éloquente – deux soldats du showbusiness sur la ligne de front montrant qu’ils n’avaient pas perdu leur soif ou intelligence”. Cependant, l’album n’a atteint que la 27ème place au Royaume-Uni, réussissant marginalement mieux en Allemagne (22), tout en faisant à peine un impact (154) sur le marché américain plus fragmenté, auquel moment Erasure étaient sur la route avec The Erasure Show.

Démarrant avec un concert à guichets fermés au Waterfront de Belfast le 24 février, Bell et Clarke – soutenus par les choristes Ann-Marie Gilkes et Valerie Chalmers – ont continué par remplir toutes les dates irlandaises et britanniques, dont des soirées uniques à l’Usher Hall de Édimbourg, le Hammersmith Apollo de Londres et le Carling Apollo de Manchester (les salles qui s’étaient avérées auparavant si populaires sur le Phantasmagorical Entertainment Tour), deux soirées consécutives (23 et 24 mars) au Store VEGA de Copenhague, la Columbiahalle de Berlin (26 mars) et la Muffathalle de Munich – pas mal pour un duo synthétisé de 20 ans qui était censé avoir perdu son lien avec un public live.

Avant les concerts, Clarke avait déclaré sur le site de Erasure qu’il “attendait avec impatience la tournée”, ajoutant, “[la dernière tournée] était en quelque sorte une surprise pour moi ; j’étais vraiment heureux de voir que tant de personnes étaient là, toujours intéressées par notre musique. Avec un peu de chance, la prochaine tournée sera tout aussi inspirant”.

La partie européenne était notable à plusieurs égards – notamment quand Client a été choisi comme première partie sur 16 des 25 dates (commençant à Édimbourg le 28 février) avec l’ancienne membre du groupe électropop de Mute Vic Twenty, Piney Gir (Angela Penhaligon), qui a joué à toutes les dates sauf une.

Dans ce qui s’avérera être leur chant du cygne sur Toast Hawaii, Client est entré dans le Top 40 britannique jusqu’ici apparemment impénétrable avec Pornography – troisième morceau extrait de City. Peut-être grâce au lien avec Carl Barát, le single a commencé deux semaines de présence à la 22ème place le 22 janvier. Un enregistrement officiel du concert de Client en tête d’affiche le 16 février au club Koko de Londres (auparavant le Camden Palace) est sorti le 24 mars en album CD édition limitée à 200 exemplaires, dans un fourreau imprimé et téléchargement que l’on pouvait acheter avec sa pochette. La sortie a été rendue possible par Live Here Now, société d’enregistrement opérant de l’ancienne adresse de Mute, 429 Harrow Road, établie en 2004 pour produire et vendre des enregistrements live quelques minutes après la fin de l’événement, utilisant les meilleures techniques et le matériel disponible. (6)

Évidemment, la nature de cette aventure a impressionné Erasure, qui a demandé à la société d’enregistrer 18 de 25 concerts européens sans précédents en tant que double CD Live Here Now en édition limitée (1000 exemplaires) avec 500 exemplaires en vente à chaque salle le soir-même, la deuxième moitié disponible en ligne pour de la vente en ligne subséquente échelonnée. Ceux pensant que les setlists des concerts seraient sûrement identiques en raison de la nature de Erasure poussée par les bandes rythmiques ont été surpris d’apprendre que Bell, avec les choristes Chalmers et Gilkes, avait passé plusieurs semaines avant la tournée à répéter 30 chansons, afin de permettre à Erasure de varier le set lors de soirées différentes s’ils le désiraient.

Initialement, les concerts irlandais et écossais comprenaient un programme identique de 26 chansons. Au moment où The Erasure Show a traversé la frontière vers Newcastle, toutes les performances anglaises et allemandes à venir ont été raccourcies à 25 chansons, avec In My Arms remplacé par Always tandis que Don’t Say You Love Me (extrait de Nightbird) a été complètement abandonné. Par la suite, les petites modifications occasionnelles au set incluaient Brother And Sister remplacé par Phantom Bride, tandis que le public allemand était gâté par un Victim Of Love passionné.

Avec surprise, peu de chroniques du Erasure Show ont été confiées sur papier, bien que 30 proches de Bell de Gorleston étaient dans le public de l’UEA de Norwich ainsi que Jenny Kirk de la BBC, qui s’est plainte que Bell parlait “constamment avec la voix d’une petite fille” mais a conclu, “À part les voix bizarres, le concert a donné au public ce qu’il voulait : de la pop parfaite, des tubes dance explosifs, des balades, de grandes manières et un duo qui tient la distance et qui est toujours aussi fort”.

Don’t Say You Love Me est apparu le 21 mars comme successeur de Breathe et, comme son prédécesseur, le single a été rendu disponible en téléchargement via le magasin en ligne d’Apple, iTunes, au Royaume-Uni et en Europe aux côtés de divers remixes du single sur singles CD et DVD – ce dernier comprenant un clip semi-animé réalisé par les frères Tom et Mark Perrett pour Nexus Productions, avec Bell se baladant en orbite en astronaute tandis que Clarke apparaissait sur un écran de télévision noir et blanc d’époque comme un personnage de type mission control portant un casque. S’inspirant des astronautes en plomb avec lesquels lui et son frère jouaient enfants, Mark Perrett a résumé le storyboard : “La chanson semblait suggérer une certaine distance émotionnelle, alors on a transformé Andy en astronaute menant une vie solitaire, monotone et rétro-futuriste, orbitant autour de la Lune ; Vince fournissait une intrigue secondaire en tant que commandant de mission frustré, et rapidement, on a eu une mission spatiale Erasure complète qui se passait !”

L’équipe marketing de Mute a encore une fois envoyé des fourreaux en carton gratuits à des acheteurs pré-enregistrés, tandis qu’un téléchargement spécial a été rendu disponible sur http://www.erasuredownload.com, où les participants pouvaient remixer leur propre version de Don’t Say You Love Me. Cela impliquait choisir une interprétation particulière de la chanson en cliquant sur un groupe de feuilles – chacun représentait un seul instrument (basse, rythmique, batterie, chant, etc.) – et recevoir un MP3 de haute qualité encodé directement du master multipistes 24-bit, avec une version personnelles de la pochette imprimable pour fabriquer un CD personnalisé.

Cependant, une telle inventivité n’a pas aidé les ventes, étant donné que le single n’est monté qu’à la 15ème place des charts britanniques (malgré avoir été ajouté à la playlist “B” de Radio 2 le 10 mars) tout en perturbant à peine son homologue allemand (69). Encore une fois, le public américain de Erasure s’est vu offrir un maxi CD, comprenant à la fois le single et les mixes radio avec trois remixes, Lie To Me, et une version CD-ROM du clip des frères Perrett.

Les assistances de concert suivantes n’ont pas été affectées, cependant, avec The Erasure Show vendant tous les tickets des 10 soirs d’ouvertures au Irving Plaza de 1000 places à New York démarrant le 14 avril, suivies par 24 dates en petites salles et clubs. En réponse aux nombreuses demandes reçues quant à si oui ou non les dates américaines seraient enregistrées, un message a été posté sur le site de Erasure : “Malheureusement, en raison de nombreux facteurs et considérations, il ne nous sera pas possible de faire des enregistrements Live Here Now de ces concerts américaines. Nous sommes très désolés de ne pas pouvoir fournir ce service à nos fans américains sur cette tournée ; avec un peu de chance, nous vous verrons la prochaine fois”. Après sa période à New York, The Erasure Show s’est déplacé à Chicago, en Floride et à la Nouvelle Orléans. Roger Holland, du magazine PopMatters, a jeté un œil critique sur le concert du 10 mai au Verizon Wireless Theater de Houston : “Le rideau se lève sur The Erasure Show tandis que la nouvelle balade du duo, No Doubt, commence à s’amplifier. La scène, c’est la forêt de l’Oberon la nuit. Entouré par une paire de fées violettes quelque peu inévitables, Bell a les ailes d’un ange, mais pas la voix. Sur le nouvel album, Nightbird, il ne démontre plus tous les tuyaux qui ornaient tant les années 1980 et 1990, et ce soir sur la 41ème date de cette tournée, juste une semaine après que deux concerts [à Washington] aient été annulés à cause de la grippe de Bell, nous avons tous une raison d’être reconnaissants pour le soutien vocal de ses assistantes féeriques. La voix de Bell est fatiguée et irritée, et tandis qu’il s’avère capable de monter à l’occasion de tous les moments clés, on ne peut s’empêcher de s’inquiéter pour lui…

“On a beaucoup parlé de l’annonce de Bell qu’il est séropositif depuis 1998. Cela ajoute certainement un niveau supplémentaire d’émotion et de souci au The Erasure Show, et c’est manifestement possible d’insinuer que cela a façonné l’humeur du nouvel album. Mais aussi nous sommes tous plus vieux que nous étions il y a 20 ans, et Bell et Clarke sont tous les deux des quarantenaires dans des relations de longue durée, [alors] il était obligé qu’une certaine maturité s’infiltre dans leur œuvre de toute manière ; on présume que c’est cette toute nouvelle maturité qui a résulté en une absence totale de pénis géants, de tanks et de tutus…

“Tandis que Erasure seront probablement toujours étiquetés comme un phénomène des années 1980, ils ne sont pas un groupe héritage de la même manière que, disons, Duran Duran… Et avec Bell ravi de montrer sa bonne santé robuste en se déshabillant jusqu’à un slip brillant pour les derniers morceaux, il y a toutes les raisons de croire qu’ils continueront à faire cela pendant un moment…”

Les concerts suivants en Californie (dont trois successifs à guichets fermés au club Avalon d’Hollywood, et cinq à The Independent de San Francisco) et The Joint au sein du Hard Rock Hotel & Casino de Las Vegas, le 27 mai, la tournée a continué dans l’Utah, le Colorado, le Texas et Boston avant de s’arrêter au Canada le 4 juin au Massey Hall de Toronto avant d’honorer les deux concerts à guichets fermés annulés au 9:30 Club de Washington les 6 et 7 juin. À ce moment-là, Erasure avait joué devant près de 100 000 personnes au cours des quatre mois de la tournée. Pas mal pour un soi-disant “retour”.

* * *

Ayant fini le Erasure Show, Clarke et Bell sont retournés à leur vie de famille. Clarke a loué un appartement sur le bord du Maine à Portland où, il est plus que probable, il se livrait à ses prouesses culinaires (il est devenu père pour la première fois à l’âge avancé de 45 ans de Oscar Martin, né le 8 septembre), tandis que Bell partageait son temps entre sa maison de Londres et un refuge espagnol dans un village majorquin.

En dehors de la route, un single “double face A”, Here I Go ImpossibleAll This Time Still Falling Out Of Love (tous deux extraits de Nightbird) est sorti le 20 juin. Les listes des morceaux sur les inévitables variations de la sortie avaient d’abord été postées sur le site d’Erasure le 5 mai, et Mute a encore une fois déployé sa tactique d’envoyer des fourreaux à ceux souhaitant loger les trois éditions. À cause du “grand nombre de demandes venant de fans d’Erasure étrangers”, le EIS est allé jusqu’à donner un fourreau gratuit avec chaque commande de merchandising sur leur site (pour couvrir les frais de port et d’emballage vers l’étranger) sur demande – la seul manière dont ils pouvaient fournir les fourreaux de manière réaliste au delà des limites du Royaume-Uni et de l’Irlande. (7)

Le progrès du nouveau single semblait encourageant quand il a été annoncé qu’il avait été ajouté à la playlist “C” de Radio 2 le 25 mai (avant d’être promu à la “B” le 2 juin et la convoitée “A” la semaine commençant le 2 juin). Cependant, malgré les contributions combinées des ventes des divers téléchargements de mixes, le single n’est pas monté plus haut que la 25ème place. Les fans d’Erasure outre-Atlantique ont été forcés à attendre plus d’un mois pour la sortie le 26 juillet du single CD maxi. Malgré les récentes assistances impressionnantes des concerts aux États-Unis et au Canada, Here I Go Impossible AgainAll This Time Still Falling Out Of Love n’a pas réussi à entrer dans les charts là-bas.

Erasure a emmené le concept du logiciel interactif Digimpro un peu plus loin en annonçant un concours de remix. Les personnes ayant acheté le CD en édition limitée pouvaient installer le Digimpro di player pour créer leur propre mix de Here I Go Impossible Again sous format MP3, à envoyer par e-mail à mixes@erasureinfo.com avec les détails accompagnants avant le 8 juillet 2005. Toutes les participations étaient alors postées sur le site de Erasure, où les visiteurs pouvaient par la suite voter pour leur mix préféré. Les 10 mixes avec le plus de votes gagneraient des prix, tandis que le choix personnel d’Erasure recevrait un iPod d’Apple plus tous les CD Live Here Now d’Erasure.

“Tous les remixes sont excellents !” a offert diplomatiquement Clarke à la fin du concours, tandis que Bell s’épanchait : “C’est vraiment difficile et je pense que tous les mixes sont adorables et mignons. Ils m’ont vraiment touché et fait pleurer. J’aimerais avoir un CD qui les compile tous !”

Le 31 octobre, le DVD The Erasure Show – Live In Cologne est apparu dans les bacs (le 13 décembre aux États-Unis) réalisé par Uwe Flade et capté par Will Shapland. Le package complet (avec un Bell aux ailes d’ange au centre de la scène sur sa pochette colorée) comprenait un choix de bonus, dont trois chansons filmées au Vega de Copenhague durant The Other Tour le 9 juin 2003, un documentaire style “Making Of”, plus les trois clips de Nightbird. Comme si cela ne suffisait pas, un “Easter Egg” révélait une galerie photo avec un accompagnement audio de tout le concert.

La période 2004/2005 s’était avérée un moment actif à succès pour Erasure juste quand leurs réussites étaient en danger d’être négligées.

“Erasure sont certainement vraiment estimés par les fans, et ont les meilleurs fans dont un artiste puisse rêver – vraiment loyaux et qui soutiennent beaucoup… a déclaré Daniel Miller. Certainement, je pense que dans ce pays Depeche Mode et Erasure sont vraiment sous-estimés et c’est très triste”.

*

(1) Comprenant les DVD Sanctuary – The EIS Christmas Concert 2002 – filmé lors d’un concert spécial pour les membres du fan club, Erasure Information Service, au Sanctuary de Birmingham le 13 décembre – et une compilation de clips, Hits! The Videos

(2) Daniel Miller peut être reconnu comme ayant joué un rôle dans la success story de Native Instruments, ayant investi une partie de ses gains capitaux personnels en vendant Mute à la société, qui avait des bureaux à Berlin et à Los Angeles. Selon le PDG de Native Instruments, Daniel Haver, “Notre partenariat avec Daniel Miller a été en fantastique adéquation dès le début, parce qu’il était fondé sur une forte appréciation mutuelle. C’était un grand fan de notre logiciel, et nous étions, bien sûr, de grands fans de l’héritage de Mute… À part l’engagement financier de Daniel qui a soutenu le processus d’essor de NI en 2004, il contribue également de précieuses suggestions concernant notre stratégie technologique. En retour, nos produits continuent à jouer un rôle important dans son propre studio personnel, et, bien sûr, dans les productions de nombreux groupes de Mute, dont Depeche Mode”.

(3) Clarke et Ware venaient de composer un morceau de 18 minutes pour le ballet royal fondé sur le ballet de Diaghilev, Petrouchka, incorporant une grande section du Concerto pour piano n°2 de Chostakovitch, pour une représentation par 20 danseurs au Linbury Studio Theatre appartenant à la Royal Opera House de Londres. Un système de haute qualité surround immersif en trois dimensions a été installé spécialement pour l’événement.

(4) Hudson a repris le service en ligne de Erasure en 2003 à l’écrivain Jonny Morris, plus connu au-delà des fidèles d’Erasure pour ses activités d’écriture pour Doctor Who.

(5) L’édition limitée comprenait une “section améliorée” qui incluait un logiciel exclusif Digimpro permettant aux utilisateurs de PC Windows de créer une version customisée de Breathe, utilisant ses options de mixage d’improvisation et en temps réel pour manipuler les différents éléments de la chanson et la musique additionnelle fournie par le groupe.

(6) Dans un article d’auto-promotion en ligne, Live Here Now a déclaré que de tels enregistrements étaient “… pas un album live typique, et… pas un pirate – pensez-y comme quelque chose entre les deux… un souvenir unique et officiel pour vous rappeler combien la musique live est géniale”.

(7) Étant donné que l’objet le moins cher disponible sur le EIS à l’époque étant une gomme Erasure à 1£, c’était certainement un arrangement plus juste pour les fans qu’avoir recours à des sites comme eBay.

Traduction – 14 décembre 2016

36 Remix et remodelageStripped: Depeche Mode > 38 Enregistrement avec les Anges